Les mesures de Beachcomber pour sauver l’entreprise

Avec le soutien de
Gilbert Espitalier-Noël, Chief Executive Officer de Beachcomber Resorts & Hotels.

Gilbert Espitalier-Noël, Chief Executive Officer de Beachcomber Resorts & Hotels.

C’est dans une vidéo, publiée mercredi 22 mai, que Gilbert Espitalier-Noël, Chief Executive Officer (CEO) de Beachcomber Resorts & Hotels, a partagé des décisions prises pour préserver un maximum d’emplois ainsi que l’entreprise. Depuis le début du confinement, diverses mesures ont été introduites pour réduire au maximum les coûts et contrebalancer les revenus réduits à néant depuis la fermeture des frontières, le 18 mars, en raison de la pandémie de Covid-19.

«Or, comme les scénarios pessimistes se confirment, nous sommes dans l’obligation de prendre des mesures difficiles. Nous n’avons pas de revenu. Ce qui fait que la société ne peut continuer à payer tous les frais normalement. Ce n’est pas tenable pour Beachcomber», déclare-t-il. Le CEO comprend que les décisions peuvent choquer mais il estime que ce sont des sacrifices pour préserver l’emploi ainsi que l’entreprise. 

Réduction des salaires 

En premier lieu, répartir une baisse temporaire des salaires pour tout le monde. «Malgré le Wage Asssistance Scheme qui s’arrête au mois de mai, nous n’avons pas d’autre choix, de concert avec le conseil d’administration que de faire une demande aux autorités sous les lois existantes pour payer les salaires en fonction des heures de travail.» 

Cependant, il souligne que la mesure ne sera pas appliquée tant que la direction n’ait pas la permission des autorités. Toutefois, il y a eu la réduction volontaire des salaires du top management, pour certains allant jusqu’à 50 %, en particulier au niveau de l’exécutif. 

Négociations avec la banque, les fournisseurs et le gouvernement 

Toutes les rénovations principales des hôtels ont été reportées, notamment celles du Shandrani Beachcomber Resort and Spa et du Paradis Beachcomber Golf Resort and Spa. La direction a négocié avec les banques pour repousser le paiement des intérêts et ceux du capital emprunté. Des discussions ont aussi lieu avec les fournisseurs afin qu’ils réduisent les factures, offrent des rabais et repoussent à plus tard le paiement.

Il y a des négociations actives avec l’aide de l’Association des hôteliers et restaurateurs de l’île Maurice (AHRIM) et avec les autorités pour réduire les coûts, à titre d’exemple, le paiement des baux de l’État. Car Beachcomber loue les terres de pas géométriques là où se trouvent ses hôtels. «Ça nous coûte des dizaines voire plus de 100 millions de roupies par an. Nous avons aussi des discussions autour de l’électricité entre autres factures», relève le CEO. 

Volontary Early Retirement Scheme 

Un Volontary Early Retirement Scheme a été mis en place et est toujours en cours pour approximativement 240 membres du personnel qui ont plus de 58 ans

Par ailleurs, Gilbert Espitalier-Noël fait aussi valoir que le paiement des dividendes qu’avait déclarés le conseil d’administration a été annulé. D’autres mesures sont en cours d’évaluation. 

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x