L'express leaks du dimanche 10 mai au vendredi 15 mai

Avec le soutien de

Des bruits de couloir, les derniers buzz ou les derniers scandales, l'express vous dévoile ici ce que les autres vous cachent.

Laisser-passer ministériel

Certains semblent avoir décroché le jackpot en ayant l’aubaine de travailler pour un élu du gouvernement. Alors qu’un «self-employed» n’avait pas encore de «work access permit» pour circuler, un travailleur, qui s’occupait de l’entretien de la maison d’un ministre, se la jouait cool. Le ministre envoyait sa berline et son chauffeur pour le récupérer, au vu et à la barbe des policiers et soldats de la SMF qui veillaient, apparemment, au grain.

Une cour parallèle

Ils ne sont pas encore des ténors du barreau, ni même avocats, mais un groupe d’étudiants en droit pense déjà à alerter l’opinion publique et les autorités compétentes sur un des dangers du Covid-19 Bill. Selon eux, l’article 57(k)(6) de ce projet de loi donne au Redundancy Board le même pouvoir que la Cour industrielle. «Depuis quand le gouvernement peut-il octroyer de tels pouvoirs à une entité ? C’est un non-respect flagrant de la séparation des pouvoirs», clamentils. La contestation des avocats en herbe devrait se concrétiser la semaine prochaine.

Un informaticien à la FSC ?

C’est un informaticien qui serait pressenti pour occuper le poste de CEO de la Financial Services Commission, l’instance régulatrice du secteur non bancaire. En poste actuellement dans une institution financière, il est donné favori pour succéder à Harvesh Seegolam qui a été entre-temps promu gouverneur de la Banque de Maurice.

Policier dénoncé

Que peut bien lui reprocher son voisin ? Cet inspecteur de police, connu comme le «loudspeaker» des Casernes centrales, s’est vu rabattre le caquet. Son voisin a récemment porté plainte contre lui pour menace de mort. Sur les conseils de ses amis, l’inspecteur a par la suite consigné une déposition contre ce dernier pour «false and malicious denunciation».

Pêcheurs mécontents

Si les activités de la pêche sont à nouveau autorisées depuis cette fin de semaine, certains pêcheurs sont toujours mécontents des conditions imposées. Ainsi, ils ne comprennent pas pourquoi il leur est interdit de se rendre en mer les dimanches. «Si les conditions climatiques ne nous permettent pas de nous rendre en mer en semaine et si les conditions sont adéquates le dimanche que devons-nous faire ? Ne pas aller en mer pour essayer de rattraper nos pertes ?», se demandent-ils…

Qui sont-ils ?

S’agissant de l’amendement de l’article 66 de l’«Environment Protection Act», beaucoup se demandent qui sont le ou les promoteurs qui ont poussé à ce que le «Preliminary Environmental» Report ne s’applique pas pour moins de 15 000 poules. Qui sont ceux qui attendaient derrière la porte ? Drôle de façon de passer à la sécurité alimentaire en sacrifiant l’environnement…

CEB : Les factures explosent

Plusieurs consommateurs à travers le pays ont été surpris par le montant de leur facture d’électricité. Vu qu’ils n’ont pas pu la régler à la fin de mars, ils ont dû régler pour deux mois consécutifs. Sauf que le montant semble exorbitant. Comme ils n’ont pas reçu leur dernière facture, ces consommateurs comptent bien demander des explications auprès du CEB dans les jours qui viennent…

Docteur où t’es ?

Après les membres du public, au tour des fonctionnaires et de leurs syndicats de s’interroger sur la mise en retrait du Dr Vasantrao Gujadhur. Et sur son remplacement par une conseillère du bureau du Premier ministre. Ce sont surtout les éloges constants de la conseillère à l’endroit du Premier ministre qui dérangent…

La risée du paquebot

Un groupe de Mauriciens bloqués à bord d’un paquebot aux États-Unis sont devenus la risée de leurs collègues. Parmi les employés venant d’une soixantaine de pays différents, il n’y a que les Roumains et les Mauriciens qui ne savent pas quand ils rentreront chez eux. Il ne se passe pas un jour sans que leurs collègues fassent de fâcheuses plaisanteries à leur égard à cause de leur situation et de l’attitude du gouvernement mauricien.

Un ancien ministre observé

Un ancien ministre pourrait sortir de son état d’isolement politique. Depuis quelque temps, des membres de deux partis siégeant dans l’opposition observent ses faits et gestes. Ils n’écartent pas la possibilité de collaborer avec lui pour contrecarrer les actions du gouvernement. Ayant le bon profil, il pourrait tenir tête à Pravind Jugnauth. Cependant, au sein de ces partis, il y a également un groupe qui n’apprécie guère le côté impulsif et tempétueux de ce politicien. Si l’ancien ministre se plie aux conditions qui lui seraient imposées par ces partis et leurs alliés, ils essaieront de trouver une entente avec lui.

Tous les moyens sont bons

Le confinement semble avoir bon dos au bureau de l’Outer Islands Development Corporation (OIDC). Une lettre portant sur l’évacuation fin février d’une future maman de l’île du Nord à Agalega a été égarée alors que le bureau était fermé en pleine pandémie du Covid-19. Résultat : cette compatriote qui se trouve depuis à Maurice en attendant d’accoucher de son second enfant n’a toujours pas touché l’allocation de Rs 4 000 à laquelle ont droit les futures mamans. L’OIDC lui réclame désormais un certificat médical attestant de sa grossesse. Ce qui rend plus d’un pantois à Agalega où aucune évacuation à bord du Dornier ne peut se faire sans que ce même bureau ne soit au courant.

Un recrutement qui fait jaser

C’est le «talk of the town» dans les milieux financiers. Pour cause, le recrutement en catimini et en plein confinement d’une employée d’une institution financière sans aucun appel à candidatures. Renseignements pris, la nouvelle recrue n’est autre que la petite amie du CEO, lui-même fraîchement nommé au sein de cette institution. Ex-employée d’une organisation dirigée alors par le même CEO, elle n’a fait que suivre son boss. Le CEO appréhende actuellement le malaise que cette nomination pourrait provoquer si elle est ébruitée dans le public, notamment le package et d’autres avantages que sa petite copine bénéficie sur le dos des contribuables.

Une PS forcée à la retraite

Encore une haut-fonctionnaire qui a été contrainte à partir à la retraite. Il s’agit d’une Permanent Secretary (PS). La proximité de son époux avec un parti de l’opposition aurait été l’une des raisons utilisées pour la faire partir à la retraite. Dans les couloirs de l’hôtel du gouvernement, l’on souligne qu’elle est la quatrième haut-fonctionnaire à être forcée à la retraite après Lutchmeeparsad Ramdhun (GIS), Usha Dwarka-Canabady et Dass Appadu, durant ces derniers mois. Ils avaient tous entre 60 et 65 ans.

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x