Joe Lesjongard: «La possibilité de fermeture des hôtels est réelle»

Avec le soutien de

Victime du Covid-19, le tourisme est à l’agonie avec des risques de fermetures d’hôtels à l’horizon. Ce secteur est appelé à s’adapter et à se réinventer pour survivre. Si le ministre du Tourisme, Joe Lesjongard, mise, dans un premier temps, sur le tourisme local et régional, l’accès aérien et la situation économique mondiale restent, selon lui, de sérieuses contraintes.

À un peu plus d’un mois de confinement, le secteur touristique, qui contribue à hauteur de 24 % au produit intérieur brut du pays, se trouve en situation délicate. Comment envisage-ton l’avenir pour ce secteur ?

Le monde de l’après-coronavirus ne sera plus pareil à celui qui existait il y a six mois. L’économie mondiale a plongé à la suite de la propagation du virus. Le secteur touristique souffre dans tous les pays. Le tourisme à Maurice s’appuie sur l’aviation et les activités de croisières et dans d’autres pays, le tourisme est aussi local. La suspension actuelle des opérations dans le domaine de l’aviation et des croisières et la mise en place du confinement rendent les prévisions difficiles pour le secteur touristique. Cela étant dit, le tourisme contribue énormément à l’économie et, de ce fait, si le tourisme souffre, toute l’économie sera en difficulté. C’est pour cela qu’il nous faut faire tout notre possible pour redémarrer l’industrie, tout en prenant en considération plusieurs facteurs, qui sont hors de notre contrôle.

Les observateurs internationaux affirment que la situation sur le court terme sera difficile. Pour le moyen terme, nous devrons savoir comment opéreront les différentes compagnies d’aviation et aussi connaître les décisions des autres gouvernements sur l’ouverture de leurs espaces aériens.

 Je suis optimiste pour le long terme et je crois que Maurice retrouvera sa renommée comme destination de rêve. Mais il nous faudra tout revoir. Le coronavirus va complètement changer le modèle touristique mondial. Il y a plusieurs aspects qu’on devra surveiller maintenant ou même au cours des trois premiers mois de la relance. Cela nous donnera une meilleure visibilité pour une bonne reprise dans le secteur.

Si l’économie mondiale tarde à se relever, le secteur touristique peinera aussi à le faire. Il faudra également voir comment évolue l’aviation mondiale. Il y plusieurs compagnies aériennes qui ont tout simplement fait un «crash» et d’autres qui doivent licencier des employés, faute de revenus.

 Le profil du touriste va peut-être changer. Par exemple, avec le confinement, l’utilisation de la visioconférence s’est répandue et cela risque de remettre en cause le Business travel, affectant de facto le secteur touristique.

Aujourd’hui dans le secteur, on est conscient que la dimension sanitaire occupe une place prépondérante. On travaille actuellement sur la mise en place d’un meilleur respect des normes sanitaires afin de donner confiance aux potentiels touristes dans les semaines et les mois à venir.

 Les hôtels sont vides depuis plusieurs semaines maintenant. Quelles sont les options à court terme pour qu’ils se relèvent ?

Les hôteliers seront sûrement plus ouverts envers le marché local, ce qui représentera, à coup sûr, un revenu non-négligeable sur le court terme.

 Comment votre ministère compte-til aider les hôteliers à remonter la pente ?

 Le gouvernement a mis en place des moyens de soutien aux opérateurs pour le salaire des employés et aussi pour ceux qui travaillent à leur compte (Self-employed). Nous agirons, au fur et à mesure, selon l’évolution de la situation. Nous vivons une période très difficile certes, mais le tourisme mauricien a un bel avenir. Le gouvernement fera tout son possible pour qu’il n’y ait pas de pertes d’emplois.

 Le tourisme régional pourrait-il, dans un premier temps, être notre planche de salut ?

 C’est un marché très prometteur. On travaille sur une stratégie pour faire redémarrer le secteur. Il doit y avoir un Rethinking total de l’industrie. Le modèle touristique va changer.

 Rodrigues n’a recensé aucun cas de Covid-19. Mieux vendre cette destination est-elle aussi une option ? Rodrigues a toujours été considérée comme faisant partie intégrante de notre des- tination et c’est vrai que le fait qu’aucun cas de contamination au nouveau coronavirus n’ait été détecté dans l’île constitue un plus pour elle.

 La fermeture des hôtels est un risque réel, comment l’éviter ?

Oui, cette possibilité est réelle. Mais jusqu’à présent, personne n’a parlé de fermeture et on ne souhaite pas que ce soit le cas. À travers le Wage Support Scheme, le gouvernement a démontré sa volonté d’éviter une telle situation et aussi prévenir les licenciements.

Les petits opérateurs du secteur sont aussi grandement affectés. Une aide spéciale est-elle prévue pour eux ?

C’est vrai que les petits opérateurs sont les plus vulnérables. L’aide du gouvernement est déjà un pas en avant. Nous prendrons des décisions en fonction de la situation. Au niveau de la Tourism Authority, nous travaillons sur un plan par rapport au paiement des licences afin de les aider durant cette période difficile. En temps et lieu, nous annoncerons ces mesures afin d’alléger leur fardeau. Ceci étant dit, nous sommes tous appelés à nous adapter, même si le contexte est très difficile. Nous travaillons actuellement pour que les opérateurs du tourisme, à tous les niveaux, puissent donner une garantie de respect des normes sanitaires. Cela donnera plus de confiance aux touristes. Les premiers mois après le confinement seront durs. Le gouvernement fera tout son possible pour faire revivre le secteur touristique. Ce travail se fera en équipe avec les opérateurs du secteur. Je suis sûr que nous retrouverons des jours bien meilleurs que ceux que nous vivons actuellement mais nous devons être patients. Les avions doivent pouvoir à nouveau décoller et l’économie mondiale doit s’améliorer. Tout comme il faudra redonner confiance à ceux qui veulent voyager. Ces trois éléments sont très importants pour que notre secteur touristique puisse remonter la pente.

Quelle sera l’impact de la mise volontaire sous administration d’Air Mauritius sur le secteur touristique ?

Il y a actuellement un processus qui se fait au sein d’Air Mauritius. Nous ne savons pas quelles en seront les retombées. L’aviation mondiale fait face à une crise suite au confinement et à la suspension des vols et cela affecte plusieurs compagnies. Face à cette situation, il y a certaines compagnies qui ne pourront res- pecter leurs engagements sur les plans financier et opérationnel. Je pense que c’est dans cette optique que cette décision de placer Air Mauritius sous administration volontaire a été prise afin de mieux gérer la situation et protéger les emplois au sein de la compagnie. Je dois attendre les retombées du processus de mise volontaire sous administration d’Air Mauritius pour connaître la marche à suivre et quelles destinations futures la compagnie d’aviation nationale pourrait desservir sur les court et moyen termes.


NOTE DE LA RÉDACTION :

Les réponses du ministre du Tourisme nous ont été envoyées jeudi à la mi-journée, après son accord pour nous accorder un entretien par mél sur la situation difficile dans laquelle se trouve le tourisme. Cependant, le même jour, le responsable de communication du ministère nous a demandé de ne pas publier les réponses en question car selon lui, «la situation évolue rapidement». Fair-play, nous lui avons accordé trois jours, soit jusqu’à hier après-midi, pour réactualiser les éléments de réponse. Le ministère du Tourisme n’a toutefois pas réagi. Nous avons donc choisi de publier l’interview dans un souci de transparence et d’intérêt public. Nous restons à la disposition du ministre Joe Lesjongard et de son ministère afin de remettre au goût du jour les réponses envoyées à et publiées par «l’express». Nous croyons fermement en une bonne et saine communication durant cette période de crise afin de remettre l’industrie touristique sur ses pieds.

Publicité
Publicité
e-brochures.mu logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

e-brochures.mu icon
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x