Hippisme - Karis Teetan: «Le Turf Club prend soin de nous à 150 %»

Avec le soutien de
Karis Teetan (jockey mauricien évoluant au Hong Kong Jockey Club).

Karis Teetan (jockey mauricien évoluant au Hong Kong Jockey Club).

Rien n’arrête Karis Teetan. Le crack jockey mauricien a toujours la pêche malgré la présence de la pandémie du Covid 19.  Il comptabilise, au Hong Kong Jockey Club, 59 succès pour une troisième place au classement derrière les excellents Joao Moreira et Zac Purton. Dans l’entretien qui suit, il parle de sa performance en ce début d’année mais donne surtout beaucoup d’éclaircissements et des détails très intéressants sur les mesures prises par son club, un des rares à pouvoir maintenir les courses sur la planète. Notre compatriote était en action hier  mercredi 15 avril. Il a encore fait parler de lui avec un joli doublé.

Karis Teetan, cette partie de la saison 2020 ressemble beaucoup à sa devancière. Même si nos habitudes ont été chamboulées, vous maintenez une bonne dose de succès…
Oui, je ne peux qu’être satisfait de mon parcours. Je suis troisième derrière deux top riders qui, de surcroît, ont souvent les meilleures montes L’an dernier je montais pour l’entraîneur Tony Cruz mais cette année j’ai pris la décision de passer en freelance. Je vais vous expliquer mon choix. L’an passé on a très bien fait ensemble et les chevaux ont ainsi pour la plupart monté en rating. Du coup, je pense que les choses vont être difficiles pour ces compétiteurs. En étant freelance, j’ai désormais plus d’options. Je suis un light weight jockey et je pense que cela va une nouvelle fois jouer en ma faveur.

Parlons de l’organisation des courses à Hong Kong, une des rares juridictions à pouvoir maintenir son activité. Comment est-ce que le HKJC a pu gagner son pari ?
Tout d’abord je dois vous dire que la situation est sous contrôle ici en ce qui concerne le Covid 19. Nous avons malheureusement eu quatre morts si je ne me trompe pas et un peu plus de 1 000 cas. Nous sommes à côté de la Chine et si vous regardez un peu les statistiques vous verrez que c’est même assez impressionnant ce qu’ils ont réussi à faire ici. Nous ne sommes d’ailleurs pas en complete lockdown.

Il devrait y avoir une raison pour que cela ait marché non ?
Je vais vous dire ce que je pense en toute humilité. Ne le prenez pas mal surtout. Mon cœur est à Maurice. Nous sommes une population très chaleureuse. On aime bien rencontrer les gens. C’est quelque chose de vraiment exceptionnel qu’on ne voit pas nécessairement ailleurs. Mais pas une bonne chose du tout dans les circonstances actuelles. Le gouvernement a mis en place un lockdown. Tout le monde a la possibilité de rester chez soi. Il ne faut pas prendre des risques. Pas prend moi mal. Pa grate le dos malher. Ici nous avons pu nous sortir de cette situation grâce à la discipline de la population. Il n’y a pas de solution miracle, Il n’y a pas de remède contre le Coronavirus. Il faut enrayer sa propagation pour gagner la bataille.

Venons-en aux courses à Hong Kong. Parlez-nous des dispositifs mis en place par le club afin d’assurer la sécurité des professionnels aux courses et maintenir l’activité hippique…
Je dois vous dire que le Turf Club prend soin de nous à 150 %. Pour commencer, tous les jockeys qui montent ici doivent se soumettre à un dépistage du Covid-19 quatre fois par semaine. On est soumis à des tests le lundi et le mardi pour les courses de mercredi et par la suite les jeudis et les vendredis pour courir le week-end.

Sur le champ de courses, les spectateurs sont interdits et en ce qui concerne l’entourage d’un partant, il n’y a qu’un seul propriétaire par cheval qui a l’autorisation de venir aux courses et d’être dans le paddock. Aussi, le jockey’s room est désormais plus spacieux et cela nous permet de ne pas être près des autres jockeys. Des dispositions ont aussi été prises en ce qui concerne le Stewards Room. «We do not rub shoulders together like before. On porte tous nos masques et on s’assoit à une certaine distance. Un protocole strict a aussi été mis en place pour tous ceux qui travaillent avec les chevaux le matin pour ne prendre aucun risque.

Comment faites-vous le déplacement entre l’hippodrome et votre résidence d’autant que tous les jockeys habitent dans le même bloc d’appartements ?
Nous avons notre voiture et chaque jour on est tenu de remplir une fiche avec tous les détails de nos déplacements. Cette fiche est par la suite validée. Le HKJC va plus loin. Tous nos achats de nourriture sont livrés à la maison. On ne sort pas ! Le Hong Kong Jockey Club est constamment à la recherche d’autres mesures pour encore renforcer les dispositifs de sécurité. Je dois m’estimer heureux de pouvoir être ici. De pouvoir exercer mon métier tout en étant en sécurité.

Comment s’annonce la suite de la compétition pour vous ?
Je suis assez optimiste. Malgré les restrictions de déplacement je fais de mon mieux pour garder la forme. Je monte beaucoup de chevaux à l’entraînement et je fais beaucoup d’exercice. Je peux compter sur un personal trainer qui m’envoie un programme pour la semaine. Sans compter les pilâtes que je pense sont excellents pour les jockeys. Il y aussi l’incontournable cheval mécanique à la maison qui m’aide à être au top. Je dois dire que je suis très positif pour cette saison encore. Lets keep fingers crossed.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x