Après le centre de quarantaine et le centre de détention, direction maintenant l’hôpital

Avec le soutien de

Ils sont en détention à Vacoas depuis le 4 avril après les incidents qui ont éclaté au centre de quarantaine de Pointe aux-sables.  Six détenus âgés entre 25 et 30 ans, dont deux faisant une forte fièvre, ont été conduits à l’hôpital Jeetoo à Port-Louis et à celui de Victoria, à Candos.  Ils ont étaient admis dans des «isolation wards». Par ailleurs un autre détenu de 28 ans avait lui été hospitalisé lundi. Testé positif au Covid-19 il a été transféré à Souillac hier.

Ces suspects avaient été arrêtés et répondent d’une charge provisoire de séquestration d’un médecin lorsque celui-ci a porté plainte contre eux.  C’est ainsi qu’ils avaient été conduits au Vacoas Detention Centre, converti en centre de quarantaine.

Le médecin, qui avait 70 personnes à sa charge au James Burty David Quarantine Centre, avait fait «un briefing» avec 41 d’entre eux.  Pour leur dire que leur «séjour» au centre serait prolongé et que d'autres tests devraient  être effectués sur eux. C’est à ce moment-là, selon les dires du médecin, que des individus l’auraient séquestré et menacé à l’aide d'une paire de ciseaux.  La SSU avait été appelée en renfort pour les rappeler à l'ordre.  

Les suspects, eux, avancent une tout autre histoire et démentent avoir séquestré et malmené le médecin.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x