Covid-19: hausse vertigineuse des prix des produits sur le marché local

Avec le soutien de
Un paquet de brède chouchou à Rs 100 ou encore des poires avariées à Rs 46,77

Un paquet de brède chouchou à Rs 100 ou encore des poires avariées à Rs 46,77

Le couvre-feu a eu un impact négatif sur le coût des biens de première nécessité. Principalement celui des fruits, des légumes et des produits de base, qui a pris l’ascenseur. Même en ligne, les prix des différents packs proposés varient de Rs 1 000 à Rs 3 500. Souvent pour des paniers qui ne valent pas ces montants. Ce qui a été dénoncé maintes fois par les internautes sur Facebook.

Avec la paralysie des planteurs durant le lockdown total, le prix des «brèdes», carottes, pâtis- sons et autres légumes a connu une hausse vertigineuse. On peut noter un pâtisson vendu à Rs 99 dans un supermarché du centre ou même des poires avariées à presque Rs 50. De nombreux consommateurs ont été surpris de constater des bringelles à Rs 75 la livre, le paquet de cresson à Rs 40 et des fruits à environ Rs 25 pièce.

Ailleurs, dans un ti bazar de Quatre-Bornes, les carottes avoisinent les Rs 125 la livre et le concombre Rs 100. La pomme de terre et les oignons, dont les prix ont pourtant été au préalable fixés, trouvent preneur à Rs 50 et à Rs 40 la livre respectivement. Alors que le ministère du Commerce affirme que les deux commodités doivent être vendues à Rs 40 le kilo.

En ligne, ce n’est pas mieux. Certains tarifs frisent l’exagération. À l’exemple de ce site d’e-commerce qui propose un forfait à Rs 3 600 ou d’un supermarché qui a accepté une commande de Rs 4 000 sans avoir pour autant procédé à la livraison à ce jour. Sur ce même site, un pack pour bébé, qui coûterait environ Rs 1 500 en temps normal, est vendu à Rs 2700. D’ailleurs, dans certains cas, un coût de livraison est additionné.

Au niveau des supermarchés, on attribue la hausse du prix de certains produits au prix pratiqué par les fournisseurs à l’achat. Du côté du ministère du Commerce, on indique que même si les officiers censés être sur le terrain ne sont pas de service, les membres du public sont invités à conserver leurs preuves d’achat pour porter plainte ultérieurement.


Où est passé le ministre du commerce, Yogida Sawmynaden ?

Beaucoup d’interrogations autour de l’absence de Yogida Sawmynaden avec la réouverture des supermarchés. Le 26 mars, c’est la date à laquelle le ministre du Commerce et de l’Industrie a pris la parole pour expliquer comment fonctionnera le système de livraisons à domicile. Depuis, il n’a plus fait plus d’apparition devant les caméras pour les autres mesures annoncées. C’est son collègue Joe Lesjongard qui a présidé le comité ministériel sur la réouverture des supermarchés. C’est aussi ce dernier qui a fait le bilan du premier jour. Et hier, il n’était pas non plus à la conférence de presse pour faire le bilan des trois jours. Nous avons contacté le ministre, mais il était pris dans une réunion.

Publicité
Publicité

Quand prendra fin le lockdown ? A Maurice, le couvre-feu devait prendre fin le 2 avril mais il a été étendu jusqu’au 4 mai. Maurice a, entre-temps, enregistré pas moins de neuf décès. Voici notre deuxième série de dossier sur le Covid-19 pour cette deuxième période de confinement.

D'autres articles »
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x