Livraison à domicile: Retour sur les couacs

Avec le soutien de
Des employés de Dreamprice préparant des paniers avant la distribution, vendredi dernier. Cette enseigne ne peut honorer que 700 commandes par jour.

Des employés de Dream Price préparant des paniers avant la distribution, vendredi dernier. Cette enseigne ne peut honorer que 700 commandes par jour.

Bien que cinq opérateurs – shopwise.mu, dreamprice.mu, theshop.mu, ordermanzer.mu et priceguru.mu – se soient manifestés deux jours après l’annonce du GM, les access work permits n’ont été délivrés que jeudi dernier pour les 200 véhicules mis à leur disposition. Si de plus en plus de commerces tentent l’aventure, le service, lui, peine à décoller. Contraste saisissant avec des pays étrangers, à l’instar de la Chine, l'Inde et ailleurs, où les services de livraisons, comme Uber Eats, ont fait leurs preuves en cette période de crise du Covid-19. Les commandes, déjà réglées en ligne, sont déposées devant le domicile des consommateurs.

D’abord, les consommateurs n’ont pas accès à une large gamme de produits mais à des paniers ou des packs déjà préparés à l’avance. Qui coûtent entre Rs 1 000 et Rs 2 500… Des prix qui provoquent la colère de nombreux consommateurs sur les réseaux sociaux. Selon ces derniers, les paniers déjà préparés ne répondent pas à leurs attentes. Comme le panier de légumes à Rs 2 500 que propose un fournisseur, qui est «hors de prix» pour la grande majorité des Mauriciens.

Mais depuis vendredi, les sites d’e-commerce froissent sur la Toile pour une nouvelle raison : les commandes sont plafonnées à un certain nombre et prix. Un des directeurs de Dream Price, Moideen Fawzee, souligne à l’express que cet exercice est nécessaire pour contrôler le nombre de produits livrés par jour dans les foyers depuis vendredi. «Nous ne pouvons honorer plus de 700 commandes par jour vu le contexte. Les livraisons se font dans des régions éloignées comme Bois-d’Oiseaux.» Il indique qu’il s’agit du principal obstacle qui freine le nombre de livraisons, dont les frais sont de Rs 75. «Sept à huit supermarchés travaillent pour préparer les packs. Mais ces services pourraient être interrompus pour que le personnel remplisse à nouveau les étagères.» Surtout avec la réouverture des supermarchés ce jeudi (voir hors-texte).

D’autres comme theshop.mu ont dû stopper de prendre les commandes car les livraisons sont prévues cette semaine. Entre 48 heures et 72 heures, c’est le temps d’attente pour une famille qui a commandé des provisions. À hier, le seul espoir des consommateurs était Winner's.mu, qui, lui, propose aussi deux forfaits à Rs 1 000 et à Rs 2 500 avec une livraison journalière dans plusieurs régions de l’île. Le seul hic : seules 200 commandes seront traitées par jour. Ici, pas de crash du système, mais les frais de livraison sont de Rs 200. À savoir qu’à hier après-midi, les internautes affirmaient n’avoir plus accès au site.

Pourquoi tant de pépins ? Pour Ignace Lam, directeur des supermarchés Intermart, il faudrait que plusieurs éléments soient réunis pour qu’une plateforme fonctionne. «S’il y a l’informatique, la logistique et autres, l’objectif aurait été de 5 % des courses habituellement faites dans les supermarchés. Mais les enseignes ne sont pas tous équipées.»

Ignace Lam fait ressortir qu’un food pack ou un essential pack proposé est le prix pour un dîner. «Il y a huit produits sur dix qui sont non alimentaires, alors qu’un client veut avoir des produits alimentaires.» Il poursuit que le temps aussi est un facteur clé. «À Intermart de Bassin-Bassin, je peux laisser entrer 70 personnes et en 25 minutes, elles auront terminé avec leurs achats et le paiement. Mais sur un site e-commerce, les personnes vont passer une journée à commander et elles devront attendre…» fait ressortir le directeur des supermarchés Intermart.

En sus de l’achat en ligne, la Mauritius Chamber of Commerce and Industry travaille de concert avec la grande distribution pour mettre en place des mesures qui seront appliquées dans les supermarchés lorsque le confinement total sera levé.

Seuls les supermarchés et boutiques autorisés à ouvrir jeudi

La nouvelle est tombée, hier soir. Après sept jours de total «lockdown», le Premier ministre a annoncé la réouverture des supermarchés, supérettes et boutiques, selon un protocole strict, pour le jeudi 2 avril à partir de 9 heures. D’ailleurs, ce matin, le ministre du Commerce et la Chambre de commerce et d’industrie vont dévoiler les modalités de cette réouverture. L’accès par ordre alphabétique et d’autres règlementations sanitaires seront scrupuleusement appliqués. Toutefois, cette mesure ne touche pas tous les commerces, tels que les boulangeries. Celles-ci resteront donc fermées jusqu’à nouvel ordre. Cependant, Pravind Jugnauth les autorise à vendre leurs pains aux supermarchés et boutiques. Mais l’association des boulangeries, par le biais de son président Nasser Moraby, monte au créneau. «C’est une mauvaise décision. On aurait pu mettre du personnel pour réguler la distanciation sociale dans les points de vente. Il aurait fallu aussi qu’une personne s’occupe de la caisse et le pain déjà emballé. Nous allons consulter nos membres avant d’en dire davantage.» Par ailleurs, des boulangeries braveraient l’interdiction de fournir du pain comme commodité de base. À Vacoas, l’une d’elle a été dénoncée hier sur Facebook. Une impressionnante file d’attente s’était formée devant le commerce. «L’express» a contacté la responsable au téléphone mais elle a précisé ne pas être autorisée à vendre du pain au grand public. Selon elle, le produit alimentaire devait être distribué par la police. Nous avons contacté le «Police Press Office» pour nous enquérir de cette distribution. L’inspecteur Siva Coothen a affirmé ne pas être au courant.

Publicité
Publicité

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a mis le pays sous confinement à partir de vendredi 20 mars, 6 heures du matin. Pour finalement annoncer un couvre-feu, à compter de lundi 23 mars, 20 heures. Comment se protéger ? Comment la situation évolue-t-elle à travers le pays ? Comment réagissent les Mauriciens ?  Voici notre dossier sur lexpress.mu

D'autres articles »
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x