Covid-19: Lalit demande un contrôle des prix des denrées

Avec le soutien de
Une bonne partie de la population a de plus en plus de mal à avoir accès à la nourriture.

Une bonne partie de la population a de plus en plus de mal à avoir accès à la nourriture.

La pandémie continue à progresser à Maurice, et un des moyens d’en venir à bout est le lockdown. C’est la position de Lalit sur le combat que nous menons contre la maladie. Mais comme le fait ressortir Rajini Lallah, membre du parti, une bonne partie de la population a de plus en plus de mal à avoir accès à la nourriture, la sécurité de l'emploi est menacée, les employés du secteur informel n'ont pas de fiche de paye et les prix ne sont pas contrôlés. Si aucune mesure n'est prise, une flambée des prix et une pénurie ne seront pas à écarter. C'est pour cette raison que le parti a fait parvenir au Premier ministre six mesures à prendre de toute urgence. 

1. Un revenu garanti à chaque famille mauricienne, rodriguaise et agaléenne. Pour l’heure, les gens ont encore un peu d'argent mais bientôt, ils n’en auront pas. Une bonne partie de la population est employée par des PME et une autre est à son compte. Ils méritent un revenu immédiat. 

2. Un moratoire sur le paiement des prêts et des loyers.

3. Un contrôle des prix des denrées, des produits de nettoyage, des produits de cuisine et des médicaments. Un rationnement doit être instauré là où c’est nécessaire. 

4. Les travailleurs comme ceux de la National Empowerment Foundation, les éboueurs, et ceux qui sont dans la chaîne de distribution alimentaire doivent être mis sous contrat social par le gouvernement.

5. Le gouvernement doit s'assurer que :

Les «schemes» des IRS et semblables doivent être gelés. Un tiers des terrains de l'industrie cannière doit être converti en terrains agricoles. 

6. Un système de santé universel et public a désormais toute son importance. Le gouvernement doit maintenant retirer les plans d’assurance santé qu’il a essayé d'imposer aux fonctionnaires.

Publicité
Publicité

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a mis le pays sous confinement à partir de vendredi 20 mars, 6 heures du matin. Pour finalement annoncer un couvre-feu, à compter de lundi 23 mars, 20 heures. Comment se protéger ? Comment la situation évolue-t-elle à travers le pays ? Comment réagissent les Mauriciens ?  Voici notre dossier sur lexpress.mu

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x