Dr Sunil Gunness: «Le Covid-19 est une sonnette d’alarme (…) pour construire un monde meilleur»

Avec le soutien de
Dr Sunil Gunness, chirurgien cardiologue et président de la «Mauritius Heart Foundation».

Dr Sunil Gunness, chirurgien cardiologue et président de la «Mauritius Heart Foundation».

Dans un langage simple, vous nous expliquez – dans une vidéo récemment postée sur Facebook et réalisée dans le cadre du programme «La route du cœur» – ce qu’est le Covid-19, de son mode de transmission, des consignes sanitaires pour éviter toute infection. Une initiative qui a impressionné plus d’un…
J’ai eu des échos. Et j'en suis ravi. J’ai reçu des appels même de l’étranger. On m’a d’ailleurs demandé de traduire mes explications en anglais afin qu’elles puissent bénéficier aux étrangers également.

Qu’est-ce qui vous a inspiré à livrer ces explications ? 
Je tiens, d’abord, à souligner que je ne veux pas marcher sur les plates-bandes de qui que ce soit. Je suis un spécialiste des maladies du cœur. Lorsque j’ai entendu les gens parler de la fin du monde, fer léker ploré. J’ai voulu faire quelque chose pour aider. I am nothing. Je suis tout simplement une personne qui a assemblé les informations et qui se sert de sa matière grise. Et c’est mon cœur qui a parlé ce jour-là.

À quel jour faites-vous allusion ? 
Comme à l’accoutumée, un membre de la Mauritius Heart Foundation était venu enregistrer une vidéo dans le cadre du programme «La route du cœur», lancé en juillet 2019. C’était dans mon cabinet médical à Quatre-Bornes, le samedi 21 mars. Ce jour-là, je devais initialement parler de la manière dont le Covid-19 affecte les patients souffrant de problèmes cardiaques. Mais je ne m’étais pas préparé à faire tout un exposé sur le Covid-19. Il n’y avait aucun papier ou quoi que ce soit devant moi.

N’empêche, vous avez suivi la situation de près depuis le tout début... 
Tout à fait. Et puis, on connaît le coronavirus. On a connu l’épidémie du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) aussi (NdlR, apparu en Chine en novembre 2002, avant de se répandre dans le monde entier jusqu’en 2003). Le Covid-19 est plus «kouyon» que le SRAS, mais il est plus contagieux. Le monde a paniqué trop vite. Plus je comprends le virus, plus je trouve qu’on peut le prévenir. Le virus nous appelle à devenir discipliné. What’s the big deal? Il demande aux gens de presser sur le bouton «reset». Il agit comme une sonnette d’alarme.

Sur les plans national et international, on a cessé de parler des maladies transmissibles. Le virus est une sonnette d’alarme et nous dit qu’il faut mettre sur pied un hôpital adapté. Car, à l’avenir, il y aura encore d’autres maladies transmissibles. Le Covid-19 n’est pas la fin du monde, mais il nous interpelle pour construire un monde meilleur…

Publicité
Publicité

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a mis le pays sous confinement à partir de vendredi 20 mars, 6 heures du matin. Pour finalement annoncer un couvre-feu, à compter de lundi 23 mars, 20 heures. Comment se protéger ? Comment la situation évolue-t-elle à travers le pays ? Comment réagissent les Mauriciens ?  Voici notre dossier sur lexpress.mu

D'autres articles »
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x