Covid-19- Renvoi des JO: «C’était attendu» dit Vivian Gungaram

Avec le soutien de

Parmi les nombreuses disciplines affectées par l’annonce du report d'un an des Jeux olympiques d'été de Tokyo-2020 en raison de la pandémie de coronavirus, l’athlétisme est certainement la plus soulagée, la période de qualification ayant dû être stoppée depuis l’aggravation de la situation à travers le monde. Pour Vivian Gungaram, président de l’Association mauricienne d’athlétisme (AMA), cette annonce n’avait rien d’étonnant et servira à l’instance internationale de l’athlétisme, World Athletics, de revoir ses projets pour les deux ans à venir.

C’est un ouf de soulagement pour l’athlétisme mondial qui avait, depuis lundi, à travers le président de la World Athletics, Sebastian Coe, fait part au Comité international olympique de son souhait que les JO de Tokyo 2020 soient reportés. Vivian Gungaram, également conférencier auprès de la Fédération internationale d’athlétisme, estime : «C’était une décision attendue. Nous savions que ça allait arriver surtout dans le contexte actuel. Les athlètes n’ont pas eu l’occasion de s’entraîner à leur forme maximale et ont vu leurs chances de se qualifier être stoppée dès que l’on a annoncé que les compétitions allaient être arrêtées. C’est la principale raison pourquoi il était essentiel de repousser les JO cette année car le mois de juillet semblait trop proche pour pouvoir attendre quoique ce soit de l’athlétisme.»

Ce dernier, aussi consultant auprès de la Confédération africaine d’athlétisme, nous informait aussi que la décision a été prise d’annuler les Championnats d’Afrique Senior au même moment. «C’est toute une machine à relancer pour l’athlétisme mondial. Les fédérations devront tout revoir, dont les nouveaux règlements à la période de qualification qui devra être redéfinie.»

Le spécialiste du triple saut, Jonathan Drack, qui avait notamment pris part aux JO de 2016 au Brésil et qui était en quête d’une seconde participation olympique, s’est dit rassuré de cette décision du CIO. «C'est une bonne chose car cela enlève la pression et les préoccupations de pouvoir s'entraîner en cette période difficile de confinement. C’est un soulagement et surtout une question d’équité dans la préparation de tous les sportifs. Ce que cela engage c’est l’attente et une année de préparation de plus», estime le pensionnaire du CA Balma en France.

«Cela permettra d'avoir une année de préparation. Je pense que je vais utiliser cette année pour améliorer mon physique en puissance et en vitesse. J’essaierai également de faire pas mal de compétitions mais tout cela dépend de quand la situation reviendra à la normale», estime Jonathan Drack, qui réside en France.

Légende : L’athlétisme peut pousser un ouf de soulagement après ce renvoi.


 

Autres réactions :

Les beach volleyeuses mauriciennes étaient en quête d’une qualification pour les Jeux olympiques (JO) de Tokyo 2020 et se préparaient en vue de la deuxième phase de la Continental Cup prévue en Sierra Leone avant que celle-ci ne soit renvoyée en raison du Coronavirus. Cette fois, ce sont carrément les JO qui sont reportés à 2021. Une décision que Fayzal Bundhun, président de l’Association mauricienne de volley-ball, accueille favorablement. «Je pense que c’est une sage décision que de reporter les Jeux olympiques à l’année prochaine. Le président du Comité olympique Mauricien, Philippe Hao Thyn Voon, l’a dit, il n’était pas d’accord que les JO se tiennent cette année. Il y a eu une certaine résistance de la part du gouvernement japonais et du Comité international olympique mais je crois qu’ils sont finalement revenus à la raison. Le monde entier est en train de souffrir de cette pandémie du covid-19. Désormais, nous attendons de voir ce que nous communiquera la Fédération internationale de volley-ball. En attendant, nous devons tous rester à la maison», a-t-il déclaré.

Lawrence Wong (président de la Fédération mauricienne de cyclisme) :

«C’est une bonne chose que de reporter les Jeux olympiques. Car valeur du jour, nous n’avons aucune visibilité sur l’avenir du sport. La priorité des priorités c’est la santé publique. A l’heure qu’il est, il est bien difficile de dire quand on organisera de nouveau une course cycliste. On a vu que la Chine a eu besoin de rester en confinement plus de deux mois avant que le nombre de cas de covid-19 ne commence à baisser. Ce sera pareil ou même plus dans les autres pays à mon avis. On est condamné à vivre de cette façon un bon bout de temps encore. En attendant, on doit tous se protéger.»

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x