Covid-19 - l’Italie décrétée zone protégée: deux Mauriciens deux quotidiens

Avec le soutien de
Parc et jardin d’enfants déserts hier après-midi dans la Vallée d’Aoste. Ce qui est inhabituel lorsqu’il fait 15 degrés.

  Parc et jardin d’enfants déserts hier après-midi dans la Vallée d’Aoste. Ce qui est inhabituel lorsqu’il fait 15 degrés.  

Avec plus de 9 000 contaminations au Covid-19, dont 463 décès enregistrés, toute l’Italie est en confinement depuis hier, mardi 10 mars. Et ce, jusqu’au 3 avril. C’est du moins, le décret signé pour le moment par Guiseppe Conte, le président du conseil du deuxième pays le plus touché après la Chine par l’épidémie qui a déjà tué 4 000 personnes.

Parmi les 60 millions de personnes priées de rester «a casa» en Italie, l’on retrouve des Mauriciens comme Charlène Lascar et Kaviraj Chatun. La première nommée, mère de deux enfants, habite un petit village dans la région de la Vallée d’Aoste, avec 1 400 habitants et située à une heure et demie de voiture par autoroute de Milan. Cette employée de l’hôtellerie raconte comment tout a commencé début mars avec la fermeture des écoles.

«À l’hôtel, nous avons très vite observé une chute dans les réservations. Le téléphone ne sonnait plus. Même si la Vallée d’Aoste est jusqu’ici épargnée, on n’entend parler que du virus», raconte Charlène Lascar. La terreur, poursuit-elle, a mené à un manque de clients dans son établissement, poussant le personnel au congé forcé jusqu’en avril.

«Au supermarché, tout le monde se précipite pour remplir son chariot. Mais, comme moi, personne ne prend le risque d’y emmener son enfant. Là-bas aussi, des dispositions comme la distribution de gants à l’entrée ont été prises pour éviter les contaminations», ajoute la Mauricienne.

Les étagères se désemplissent en Italie.

À la radio et à la télé, des artistes s’y mettent aussi pour conscientiser la population à rester à la maison vu que les cas continuent d’augmenter. «Si les bars, restaurants et boîtes de nuit sont à éviter, il y a malgré tout des jeunes pour qui ce sont des vacances actuellement», regrette notre interlocutrice.

De son côté, Kaviraj Chatun figure parmi les 1 200 Mauriciens de Palerme, la capitale de la Sicile. Il y est installé avec sa famille depuis 31 ans. Au contraire de Charlène Lascar, pas de chômage forcé pour ce salarié de pharmacie car dans son quartier, «la situation n’est pas comme au nord de l’Italie».

Il concède que Palerme a certes enregistré trois porteurs du Covid-19, précisant que «tous trois sont des touristes venant d’autres régions de l’Italie» mais que ces derniers sens ont rétablis depuis. Ainsi, ce père de deux filles continue de se rendre au travail comme c’était le cas pré-Covid-19. Parmi les seuls changements qu’il note, la vente de masques et de gants a explosé là où il travaille. Au point où la pharmacie est en rupture de stock.

«Des clients ont déjà passé leur commande et dès qu’on réceptionnera une nouvelle cargaison, on livrera à domicile.» Par contre, là-bas, précise-t-il, pas question d’augmenter le prix de ces produits en forte demande comme à Maurice car ils sont fixés par le gouvernement.

Autre changement, les écoles et les universités sont fermées depuis la semaine dernière et ne devraient reprendre qu’en avril. Là aussi, dit-il, cela n’empêche pas des établissements supérieurs de poursuivre avec le cursus, mais en ligne.

Et pour finir, la communauté mauricienne à Palerme avait également prévu de célébrer la fête de l’Indépendance le 15 mars. «C’est annulé car les autorités ne louent plus de salle pour de tels événements en raison de l’épidémie», confie Kaviraj Chatun.

La majorité des touristes italiens ont déjà quitté Maurice

 99 % des touristes italiens qui sont venus à bord d’Alitalia qui comprend trois classes – Affaires, Premium Eco et Économique – sont déjà rentrés dans leur pays. «Les Italiens séjournent entre sept et 15 jours dans l’île et après la décision des autorités mauriciennes de fermer le territoire aux Italiens, Alitalia a opéré son dernier vol sur Plaisance le 29 février», indique Umarfarooq Omarjee, représentant des ventes du transporteur italien à Maurice. Selon le bureau national des statistiques, en 2018, l’Italie était neuvième au tableau des arrivées touristiques après la France, l’Angleterre, La Réunion, l’Allemagne, l’Afrique du Sud, l’Inde, la Chine et la Suisse. D’autres compagnies aériennes, comme Emirates, transportent également ces passagers.

Publicité
Publicité

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a mis le pays sous confinement à partir de vendredi 20 mars, 6 heures du matin. Pour finalement annoncer un couvre-feu, à compter de lundi 23 mars, 20 heures. Comment se protéger ? Comment la situation évolue-t-elle à travers le pays ? Comment réagissent les Mauriciens ?  Voici notre dossier sur lexpress.mu

D'autres articles »
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x