Royaume-Uni: l’Attorney General d’origine mauricienne hérite du dossier Chagos

Avec le soutien de
Suella Braverman, dont la mère est née Mootien-Pillay, a été nommée ministre de la Justice anglaise jeudi 13 février.

Suella Braverman, dont la mère est née Mootien-Pillay, a été nommée ministre de la Justice anglaise jeudi 13 février.

Elle s’appelle Suella Braverman et a été nommée ministre de la Justice anglaise hier, jeudi 13 février, à la suite du remaniement effectué par le Premier ministre du Royaume-Uni, Boris Johnson.

Celle qui succède à Geoffrey Cox a une mère mauricienne, née Mootien-Pillay, et un père kenyan. L’avocate est également la nièce de Mahen Kundasamy, ex-haut-commissaire mauricien à Londres.

Selon sa biographie disponible en ligne, la mère de Suella Braverman était infirmière à et conseillère municipale à Brent, alors que son père était lui employé par une association de logement. Elle est née à Harrow, à Londres, mais a grandi à Wembley. La nouvelle Attorney General a étudié au Queen’s Law College à Cambridge et s’est spécialisée notamment dans l’immigration et les révisions judiciaires.

Candidate battue

Membre du parti conservateur, Suella Braverman était candidate aux élections générales en 2005 mais a été battue par Keith Vaz du Parti travailliste, à Leicester East. Ce n’est qu’en 2015 qu’elle devient membre de la Chambre des communes et a livré son premier discours le 1er juin de la même année. À la tête de plusieurs comités, dont l’All-Party Parliamentary Group de 2016 à 2017, elle a participé à un rapport visant à améliorer le financement dans le secteur éducatif.

Sur son bureau, le dossier Chagos…

Participant au référendum en 2016, la ministre d’origine mauricienne a fait campagne pour le Brexit. Dans une déclaration à la presse, comme rapporté par le journal Independent, Suella Braverman a souligné être ravie de sa nomination. «Je m’assurerai que les barrières relatives aux révisions judiciaires soient établies», a-t-elle laissé entendre.

D’ajouter qu’elle compte aussi revoir la Human Rights Act, afin de rétablir «the proper balance between the rights of individuals, national security and effective government».

Sur son bureau, outre le coronavirus, le dossier Chagos dont s’occupait Geoffrey Cox…

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période de confinement, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x