En trois ans: vol d’électricité, manque à gagner de Rs 61 M pour le CEB

Avec le soutien de
Contrairement à cette consommatrice qui règle sa facture, de nombreux Mauriciens volent de l’électricité.

  Contrairement à cette consommatrice qui règle sa facture, de nombreux Mauriciens volent de l’électricité.  

Le dernier cas en date: un vol d’électricité rapporté au poste de police d’Abercrombie par une responsable du Central Electricity Board (CEB) le 4 février. Cette dernière a choisi de porter plainte après avoir effectué une visite surprise dans une maison à Vallée-des-Prêtres. Sur place , elle a constaté que la partie supérieure du compteur avait été manipulée. Après des vérifications au laboratoire du CEB, la fraude s’est avérée et a permis aux membres de cette famille de bénéficier de l’électricité gratuite à hauteur de... Rs 461 249.

L’express a sollicité la direction du CEB. Selon une source autorisée, bien que les cas de fraude recensés diminuent, ils perdurent toutefois. Ainsi, en 2016, 1 199 cas ont été enregistrés. En 2017, 2018 et 2019, ils sont passés à 1 011, 846 et 805 respectivement. D’ajouter que les inspecteurs de l’instance ont des moyens de détecter les fraudes et les compteurs manipulés, notamment en surveillant des clients à forte consommation d’énergie et en effectuant des vérifications de routine. Par ailleurs, des plaintes anonymes signalant des cas de vol d’électricité peuvent se faire sur une hotline dédiée.

Ces fraudes n’occasionnent-elles pas des pertes pour le CEB? Selon des estimations, de 2016 à 2018, soit sur une période de trois ans, la direction souligne que l’entité a perdu au moins Rs 61 millions. Le manque à gagner le plus important a été enregistré en 2016 et équivaut à Rs 31,7 millions. D’où la décision d’installer des 'smart meters' sur une base pilote afin d’assurer un meilleur contrôle et une détection plus rapide.

Dans les cas où les consommateurs n’acceptent pas de régler la perte de revenus subie par le CEB en raison de la consommation illégale d’électricité, l’instance s’embarque alors dans des poursuites civiles et pénales. L’interruption de la fourniture d’électricité est également imposée.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés