Pont Bondieu: un labyrinthe attendant d’être redécouvert

Avec le soutien de
L’accès à la grotte Pont Bondieu.

  L’accès à la grotte Pont Bondieu.  

Le Pont Bondieu dont on vous parle n’est effectivement pas un pont. C’est un labyrinthe de cavernes et de tunnels, situé sur la route entre Brisée-Verdière et Salazie. Étrange, n’est-ce pas ? Pas vraiment, du moins, pas si on s’intéresse à l’histoire d’un peu plus près. Voyage..

D’abord, pourquoi diable une galerie complexe de caves s’appelle-t-elle Pont Bondieu ? Les plus sages racontent que le nom complet de ce lieu est La Caverne de Pont Bondieu, ce qui est déjà plus logique. Mais lorsqu’on s’intéresse à la présence du mot «pont» dans le patronyme, silence total. Même les sages ne peuvent plus aider.

Pour voir les grottes, vous devez descendre des marches escarpées.

Certes, il y en a qui affirment que non loin de là, il y a un «blind spot» connu pour avoir causé des accidents fatals et, de ce fait, le nom du Tout-Puissant est invoqué pour se protéger. D’autres encore racontent que c’est à cause d’un lieu de culte à proximité. Mais aucune histoire ne s’accorde..

À cheval sur deux districts – Flacq et Moka – Pont Bondieu est totalement coupé de la clameur des grands villages aux alentours. Si aujourd’hui, le lieu est totalement désert, dans un passé pas trop lointain des visiteurs étaient présents presque tous les jours pour explorer les caves. Mais au fil du temps, le lieu est tombé en désuétude.

Après avoir emprunté des marches escarpées et un sentier plus tard, on arrive à l’entrée de la grotte principale. L’intérieur est zébré, résultat de différentes coulées de lave. Le calcaire, qui provient de l’eau qui s’infiltre, laisse aussi des traces. Le tunnel s’étend à perte de vue. Même la lampe torche n’arrive pas à éclairer jusqu’au fond.

La plus grande des orifices de la galerie sert de demeure aux oiseaux. Ils ont pour voisins des singes, hirondelles et paille-en-queue. Au bout du tunnel, pas de lumière, mais un chemin qui mène vers d’autres caves.

Depuis que les visiteurs sont moins nombreux, la nature a repris ses droits. Les marches et le sentier menant vers l’entrée sont à peine visibles, et il faut connaître leur emplacement pour y arriver.

Mais le plus dangereux sur les lieux reste les humains. Ces dernières années, plusieurs cas de vol ont été signalés dans la région. C’est la raison pour laquelle il est conseillé de s’y rendre en groupe, accompagné d’un guide.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés