The Great Experiment: des comédiens mauriciens jouent l’engagisme à Londres

Avec le soutien de
The Great Experiment, pièce de théâtre qui plonge non seulement dans l’histoire de l’engagisme, mais interroge son héritage dans le contexte actuel.

The Great Experiment, pièce de théâtre qui plonge non seulement dans l’histoire de l’engagisme, mais interroge son héritage dans le contexte actuel.

Depuis le jeudi 6 février, il est à l’affiche de The Great Experiment, pièce de théâtre qui plonge non seulement dans l’histoire de l’engagisme, mais interroge son héritage dans le contexte actuel. Jusqu’au dimanche 23 février, cette création de la compagnie Border Crossings sera en tournée dans la capitale britannique. Avec des représentations notamment prévues au Tara Theatre, au Playground Theatre, au Museum of London Docklands ou encore à bord du Cutty Sark, un voilier qui a fait la route du thé au 19e siècle.

Joint au téléphone, David Furlong explique qu’en Grande-Bretagne, ce «système de travail globalisé conçu pour remplacer l’esclavage» est largement méconnu. Cette pièce, c’est avant tout une histoire de rencontres. Dans les années 1990, Michael Walling, le metteur en scène de The Great Experiment, a traduit et dirigé des pièces à Maurice. Il a visité l’Aapravasi Ghat. C’est aussi à Maurice qu’il rencontre la comédienne Nisha Dassyne, qui est devenue son épouse. Elle joue aussi dans The Great Experiment. David Furlong a pour sa part rencontré Michael Walling il y a de cela une dizaine d’années et le metteur en scène s’est montré très intéressé par le vécu mauricien du comédien. 

Ce projet – fruit d’une résidence artistique – a aussi bénéficié de l’apport d’historiens, dont Marina Carter, auteur de plusieurs ouvrages sur l’engagisme à Maurice et le professeur Crispin Bates, de l’université d’Edinbourg, ainsi que le professeur Andrea Major de l’université de Leeds. 

Le spectateur passe de scènes historiques «stylisées et poétiques» sur le sort d’un jeune engagé anonyme du Bihar, explique David Furlong, aux scènes du présent qui montrent les comédiens en plein atelier de travail. «C’est la recherche, nos conversations autour de l’engagisme qui a nourri le spectacle. Nous jouons des versions de nous-même», ajoute le comédien. «Ce sont les questionnements de l’héritage de l’engagisme – sur le racisme ou, l’immigration – pas seulement dans les anciennes colonies mais aussi chez les anciens colonisateurs.»

Autre apport mauricien dans cette pièce de théâtre, celle du plasticien Shiraz Bayjoo. Il a créé des projections vidéos où l’on voit notamment la montagne du Pouce. Le décor est conçu comme une exposition. Celle de la documentation qui a servi de base à The Great Experiment. «Avant et après la représentation, le public est invité à visiter ce décor», explique David Furlong.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x