Angleterre: dimanche noir pour Manchester City, battu par Tottenham

Avec le soutien de
Les Spurs ont fait encore mieux, en prenant trois points précieux dans la course à la Ligue des Champions, puisqu'ils reviennent à quatre longueurs de Chelsea (4e).

Les Spurs ont fait encore mieux, en prenant trois points précieux dans la course à la Ligue des Champions, puisqu'ils reviennent à quatre longueurs de Chelsea (4e).

Penalty raté, expulsion inutile, deux buts encaissés sur les deux premiers tirs adverses, la défaite de Manchester City à Tottenham (2-0), dimanche pour la 25e journée, résume pourquoi les tenants du titre se retrouvent à 22 points de Liverpool.

Jamais une équipe en tête du championnat anglais n'avait affiché une telle avance sur son poursuivant immédiat.

Si Pep Guardiola n'avait pas le crâne rasé, il aurait de quoi s'arracher les cheveux, tant les statistiques sont irréelles.

«Toute la saison a été comme ça, dans beaucoup de matches. Je n'ai pas tant de choses à dire sur la prestation (des joueurs). Ce sont des choses qui arrivent, il faut l'accepter et travailler», a déploré le coach catalan après le match.

Déjà au match aller, en août, les Spurs étaient allés chercher un nul (2-2) en marquant deux buts sur trois frappes dont deux cadrées, contre trente et dix respectivement pour City.

Dimanche, les Spurs ont fait encore mieux, en prenant trois points précieux dans la course à la Ligue des Champions, puisqu'ils reviennent à quatre longueurs de Chelsea (4e).

Manchester City, bloqué à 51 points, et qui ne regarde plus devant depuis longtemps, voit même revenir Leicester à 2 points derrière lui.

Lloris assure

Un succès londonien qui doit beaucoup à son gardien français Hugo Lloris, revenu récemment à la compétition mais qui a écœuré les attaquants adverses.

Il a d'abord dévié du bout du pied vers le poteau une frappe de Sergio Agüero (27e) avant de stopper un penalty - accordé par la VAR plus de deux minutes après la faute indiscutable de Serge Aurier sur Agüero - frappé par Ilkay Gündogan sur sa gauche (40e).

«C'était la volonté de Dieu, car ce n'était pas un penalty», a clamé après le match José Mourinho à Sky Sports, même s'il est bien seul de cet avis. 

«Notre gardien a été fantastique, mais il est là pour essayer de nous faire gagner des points», a-t-il poursuivi au sujet de son capitaine.

Il a été moins impérial sur une sortie en début de seconde période où il est allé percuter son défenseur Japhet Tanganga à la limite de la surface. Mais ni Agüero ni Gündogan, mal servi par Raheem Sterling, n'ont réussi à conclure alors qu'il avait déserté sa cage (49e).

Et quand Lloris était battu, c'est la barre qui s'en est mêlée, empêchant un but contre son camp de la tête par Davinson Sanchez dans le temps additionnel, ce qui avait le don de bien faire rire José Mourinho sur son banc.

Pour ne rien arranger, le latéral Oleksander Zinchenko a récolté un deuxième carton jaune à l'heure de jeu pour une faute d'antijeu totalement inutile au milieu de terrain sur Harry Winks (62e) qui a mis ses coéquipiers en infériorité numérique.

Et comme tout semblait sourire à Tottenham en ce dimanche, sa recrue néerlandaise Steven Bergwijn a marqué d'une belle reprise imparable pour la première tentative du match (1-0, 63e), suivie quelques minutes plus tard par Son Heung-min, servi par Tanguy Ndombele à l'entrée de la surface (2-0, 71e).

Un match à vite oublier pour les Citizens, dont les objectifs principaux se sont de toute façon reportés sur les coupes nationales et la Ligue des Champions.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés