Ti lamars serpent: Tann pak, le buzz !

Avec le soutien de
Baron a trouvé que la mélodie collait bien à son texte improvisé. Le tout a été posté sur YouTube et Facebook. Le succès n’est pas arrivé en rampant mais en courant. 

Baron a trouvé que la mélodie collait bien à son texte improvisé. Le tout a été posté sur YouTube et Facebook. Le succès n’est pas arrivé en rampant mais en courant. 

À première vue, Baron, de son vrai nom Steve Untah, ne laisse pas indifférent. Cheveux teints en vert, boucle d’oreille en forme de crucifix qui pend à son oreille, dents pLatUIïiNe… et des tatouages partout. Les bras, la joue, le front…. Et tel Aamir Khan dans Ghajini, il a même son nom de scène tatoué sur son cou. Et il sourit. Baron n’arrête jamais de sourire. Est-ce pour masquer sa timidité ? Réponse : un sourire. 

Parlons de «Ti lamars serpent». Le jeune homme confie, la voix à peine audible, que la chanson est le fruit d’une improvisation totale. «Mo ti pé guet enn vidéo enn kamarad ki ti pé dans kouma serpan. Monn nek koumans santé…» Et le fameux «tann pak» dans tout ça ? Baron rit. Il n’a pas de réponse. «Sa inn zis vinn dan mo latet sa ler la» dit-il, la voix tout aussi basse. 

Ainsi volent en éclats les hypothèses selon lesquelles cette expression fait allusion aux «lastik» des sous-vêtements et des «serpents» qui s’y trouvent… Et la musique ? Elle vient d’un ami. À l’origine, elle devait être utilisée pour une autre chanson, mais lorsqu’il a fait «Ti lamars serpent», Baron a trouvé que la mélodie collait bien à son texte improvisé. Le tout a été posté sur YouTube et Facebook. Le succès n’est pas arrivé en rampant mais en courant. 

Comment a-t-il accueilli cette «gloire» nouvelle ? «Je ne m’attendais pas à tout ce buzz», réitère-t-il. Entre les reprises, les parodies, les vidéos sur TikTok et autres «détournements», la chanson de Baron est partout. Mais il garde la tête sur les épaules. «Je ne change pas. Mo parey. Ek mem bann komanter negatif mo pa pran kont.» 

Il faut savoir que Baron n’en est pas à son coup d’essai. Il est l’ami d’enfance de Bigg Frankii et a collaboré avec ce dernier sur Sega Chula et Alakelele. Ses projets futurs ? Baron n’hésite pas une seconde. Il prépare un album en collaboration avec plusieurs artistes locaux et espère pouvoir monter sur scène pour promouvoir ses chansons. Que ressent-il, maintenant qu’une expression de sa chanson – tann pak – fait partie des expressions courantes, folkloriques ? «Ki oulé mo dir ou… Momem mo pa ti koné ki sa pou arivé. Mo vraimem pa koné kot sa sorti. Ziss sa ler la, sa inn vinn da mo latet ek monn dir li.» 

Attention cependant : il serait faux de croire que la vie de Baron ne tourne qu’autour de la musique et ce, même s’il affirme avoir commencé sa carrière, comme d’autres grands, «dan sal débain kan mo ti ena 13 an». Steve Untah est également un athlète à qui, malheureusement, le destin a coupé les ailes en plein vol. Il avait représenté Maurice aux Championnats d’Afrique en 2015 et avait décroché la médaille de bronze au 110m haies. Mais un accident suivi d’une blessure au genou l’a forcé à mettre un terme à ses aspirations de ce côté-là. 

Qu’importe, le succès est au rendez-vous. Il s’est tourné vers la musique, a parcouru son petit bonhomme de chemin en marchant jusqu’au succès de «Ti lamars serpent». 

Ce qui lui fait le plus plaisir ? «Mo mama, mo papa, mo bann frer-ser extra kontan depi inn ariv sa. Tann mo santé partou», dit-il, toujours aussi timidement, et avec le sourire en plus.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés