Angola: Isabel dos Santos rejette des accusations «trompeuses et fausses»

Avec le soutien de
Isabel dos Santos a dirigé la Sonangol durant dix-huit mois à partir de juin 2016.

Isabel dos Santos a dirigé la Sonangol durant dix-huit mois à partir de juin 2016.

Isabel dos Santos, la fille de l'ex-président angolais José Eduardo dos Santos, a rejeté jeudi les accusations portées contre elle par la justice angolaise, dénonçant «une attaque politique» et se disant «prête à se battre» devant la justice internationale pour se défendre.

«Les allégations portées contre moi ces derniers jours sont extrêmement trompeuses et fausses», a-t-elle déclaré dans un communiqué transmis par une agence de communication basée à Londres.

«C'est une attaque politique ciblée, orchestrée et bien coordonnée lancée avant les élections en Angola de l'année prochaine», a-t-elle ajouté.

Trois jours après la publication des «Luanda Leaks» par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), Isabel dos Santos a été formellement accusée mercredi soir par la justice angolaise de fraude, détournement de fonds et blanchiment d'argent.

Se présentant comme une «femme d'affaires» qui a «toujours agi en respectant la loi», elle affirme que des «documents volés ont fuité de manière sélective pour donner une fausse impression de mes activités» et estime que les tribunaux angolais «sont soumis à la pression politique».

«Je suis prête à me battre devant les cours internationales pour défendre mon nom», a-t-elle averti, ajoutant avoir engagé des avocats pour «agir contre des informations inexactes et diffamatoires» dans la presse.

Réclamée par la justice angolaise, Isabel dos Santos 

devra aussi répondre d'accusations de trafic d'influence, abus de biens sociaux et faux en écritures durant son mandat à la tête du groupe pétrolier public Sonangol, a précisé le procureur général angolais Helder Pitta Gros mercredi soir lors d'une conférence de presse. 

Isabel dos Santos a dirigé la Sonangol durant dix-huit mois à partir de juin 2016. Elle a aussi dirigé plusieurs autres compagnies publiques angolaises dans les secteurs de la téléphonie et des mines, et a acquis des participations dans d'autres groupes, notamment bancaires, au Portugal.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés