Chine: la croissance économique tombe au plus bas en près de 30 ans

Avec le soutien de
Dans une usine de Hangzhou, dans l'est de la Chine, le 17 janvier 2020.

Dans une usine de Hangzhou, dans l'est de la Chine, le 17 janvier 2020.

Au plus bas en près de 30 ans: la croissance chinoise est tombée l’an dernier à 6,1%, au moment où la guerre commerciale avec Washington s’intensifiait, et ce malgré les efforts de Pékin pour stabiliser la conjoncture.

Le président américain Donald Trump répète à l’envi que les surtaxes douanières imposées à la Chine depuis près de deux ans ont fortement nuit à l’économie chinoise et poussé Pékin à négocier un accord -- ce qui est chose faite depuis mercredi.

Le score annoncé vendredi est conforme aux prédictions des analystes sondés par l’AFP et dans l’objectif de 6% à 6,5% fixé par le gouvernement en début d’année dernière.

Il est toutefois en net repli par rapport à 2018, quand la croissance chinoise pointait à 6,6%, déjà à son niveau le plus bas en près de trois décennies.

Bien que sujet à caution, le chiffre de la croissance est toujours scruté, vu le poids de la Chine dans l’économie mondiale.

Au dernier trimestre 2019, la croissance du géant asiatique s’est stabilisée à 6%, un niveau inchangé par rapport au trimestre précédent, selon le Bureau national des statistiques (BNS). Elle s’inscrivait encore à 6,4% au premier trimestre.

«Il faut avoir à l’esprit que (...) les sources d’instabilité et les défis sont croissants» pour l’économie chinoise, a reconnu lors d’une conférence de presse Ning Jizhe, un responsable du BNS.

'Meilleurs que prévu'

Depuis mars 2018, Pékin et Washington s’infligent des surtaxes douanières réciproques sur des centaines de milliards de dollars d’échanges annuels, ce qui affecte durement l’économie chinoise et freine la croissance mondiale.

Ces chiffres sont les premiers publiés depuis la signature mercredi à Washington d’un accord commercial préliminaire entre les deux premières puissances mondiales, qui devrait permettre, du moins temporairement, d’apaiser les tensions.

Pékin s’est notamment engagé à accroître ses achats de produits américains (200 milliards de dollars en plus sur deux ans) afin de réduire le déséquilibre commercial bilatéral.

En contrepartie, les Etats-Unis renoncent à imposer de nouveaux droits de douane aux exportations chinoises mais cela pourrait ne pas suffire à relancer la croissance cette année.

La Banque mondiale dit d’ailleurs s’attendre à un nouveau ralentissement à 5,9% pour 2020. L’objectif officiel de Pékin devrait être annoncé début mars.

Le tableau n’est cependant pas entièrement sombre pour l’économie chinoise: la production industrielle est repartie à la hausse le mois dernier à 6,9% sur un an (contre 6,2% en novembre).

Les ventes de détail se sont pour leur part maintenues en décembre au même niveau que le mois précédent (8%).

Et Liu He, principal conseiller économique du président Xi Jinping et négociateur en chef dans la guerre commerciale avec les Etats-Unis, a assuré que les chiffres du mois de janvier, non encore publiés, révélaient «des perspectives économiques meilleures que prévu».

'Nouvelle normalité'

Certains indicateurs restent néanmoins préoccupants, prévient l’économiste Ting Lu, de la banque Nomura. Et de relever un fort repli sur un an des ventes de logement neufs (-1,7%) et de l’investissement dans l’immobilier (-7,4%).

Certains analystes estiment cependant que le ralentissement de la Chine est structurel car le pays, autrefois surnommé «l’atelier du monde», devient une économie plus développée. Il voit également le nombre de personnes en âge de travailler diminuer pour des raisons démographiques.

Le score de 6,1%, que les économies occidentales peuvent lui envier, est pour la Chine son taux le plus faible depuis la très mauvaise année 1990 (+3,9%) à laquelle avaient succédé des années de croissance à deux chiffres ou quasiment.

Mais la crise financière de 2008-2009 a réduit la demande extérieure et poussé le pays à s’endetter pour soutenir l’économie. L’endettement a ensuite forcé les pouvoirs publics à resserrer le crédit pour réduire les risques financiers.

C’est ce qui explique pourquoi les autorités chinoises se montrent aujourd’hui très prudentes sur les mesures de relance qui auraient été nécessaires pour contrebalancer l’impact de la guerre commerciale.

Le ralentissement de l’économie chinoise fait partie d’une «nouvelle normalité», affirme à l’AFP l’économiste Louis Kuijs, du cabinet Oxford Economics.

«Ce qu’ils (les dirigeants) ne veulent pas voir, c’est un ralentissement trop rapide».

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x