Rentrée scolaire: boostez votre enfant pour bien entamer son année

Avec le soutien de

La rentrée scolaire est un chamboulement dans la vie des petits mais aussi la promesse de nouvelles aventures et de nouveaux camarades. Voici quelques conseils pour que tout aille pour le mieux.

Ce qu’il faut d’abord savoir, c’est que la motivation et l’attitude des parents dans la réussite scolaire de leurs enfants sont fonda- mentales. Leur rôle n’est pas de leur faire faire leurs devoirs, ni de corriger les exercices mais de créer un climat propice pour que l’enfant soit encouragé et qu’il puisse travailler dans le calme durant l’an- née. Comment faire?

1. L’enfant apprend par imitation

Il est difficile de motiver un enfant pour qu’il aille à l’école si ses parents ne sont pas motivés par leur travail. Manifestez votre enthousiasme et vos satisfactions autant que possible. Pas la peine de tricher, vos enfants le ressentiront très vite. Vous pouvez néanmoins trouver d’autres sources d’intérêts épanouissants et stimulants pour vous que votre profession ou expliquer à vos enfants qu’il y a des périodes ou des tâches plus contraignantes que d’autres et qu’elles font partie de la vie.

2. Viser les renforcements positifs

Valorisez les efforts et résultats obtenus et vous agirez sur la motivation extrinsèque et aussi sur l’estime de soi de votre enfant. Même si la motivation interne est la plus importante, il est bon, surtout lorsqu’un enfant est en difficulté, de le valoriser en notant chacun de ses efforts. Une fois qu’il aura dépassé certaines difficultés, vous pourrez alors à nouveau les utiliser avec plus de parcimonie.

3. Intéressez-vous à sa scolarité

N’attendez pas une crise ou une baisse de résultats pour rencontrer ses enseignants. En optant pour une rencontre annuelle, vous lui montrez que vous vous intéressez à sa scolarité de manière générale et non pas à ses éventuelles difficultés scolaires. Les enfants, et c’est encore plus marqué chez les adolescents, n’aiment pas qu’on leur cache des choses. Une fois les enseignants rencontrés, parlez-en avec votre enfant. Évoquez les points positifs relevés, ceux qui sont à améliorer et les pistes d’aides possibles.

4. On a toujours besoin d’un plus petit que soi

Votre enfant évoque un film, un groupe que vous ignorez ? Demandez-lui en davantage, cela lui montrera votre intérêt et lui donnera envie de se documenter, et donc, par exemple, de lire.

5. Accompagnez-les dans leurs devoirs

Il s’agit bien d’un accompagnement. Précisez à votre enfant quels sont les moments où vous êtes disponible en cas de question dans ses devoirs, d’une demande d’explication complémentaire ou d’aide lors d’un travail difficile. Votre enfant sera sécurisé s’il sait que quelqu’un est disponible pour lui, si nécessaire.

6. Proposez-lui des exutoires

Qu’il s’agisse d’un sport ou d’un instrument de musique, une activité extrascolaire permet à l’enfant d’exercer sa créativité et de faire des efforts en vue de l‘obtention de certains résultats. Et dans la mesure du possible, il ne faudrait pas priver l’enfant de ces activités-là en cas de mauvaises notes.

7. Soyez attentifs à votre enfant

Observez-le et écoutez-le dans sa manière de gérer sa scolarité, ses devoirs. Pour être motivé, il doit y avoir un équilibre entre susciter un certain effort et rester au niveau de l’apprenant. Cet équilibre n’est pas toujours évident à déterminer mais avec un peu d’entraînement et en échangeant constamment avec lui, vous progresserez!

8. Instaurez un partenariat avec l’école

Manifestez votre confiance et votre soutien vis-à-vis de l’école et de ses enseignants. L’enfant doit sentir une cohérence parmi les adultes qui l’entourent. En cas de désaccord avec l’école - ce qui peut arriver, essayez de résoudre le problème avec les enseignants avant d’y inclure «l’élève» et surtout avant que le problème ne s’accentue. Et lors d’événements que vous estimez être mineurs, essayez de relativiser, même si cela reste difficile.

9. Restez des parents. 

Vos chérubins sont avant tout vos enfants. Faites la différence lorsque vous parlez à l’enfant, à l’élève, ou aux deux. Déterminez un lieu, un mo- ment où vous évoquerez les questions scolaires, ses résultats et qui, de préférence, ne sera pas le moment du repas ou du coucher.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires