Projet immobilier: une cinquantaine de nouveaux appartements de la MHC à Clos Verger

Avec le soutien de
La MHC fait partie de ces rares entités d’État à présenter un solide bilan financier.

La MHC fait partie de ces rares entités d’État à présenter un solide bilan financier.

Le patrimoine de l’immobilier privé s’enrichit cette année avec le projet de construction d’une cinquantaine de nouveaux appartements à la résidence Clos Verger, au coeur de Rose-Hill. Ce projet de la Mauritius Housing Co. (MHC), dont le rôle a été déterminant dans l’accession des salariés de la classe moyenne à la propriété, est prévu sur la partie de la propriété Clos Verger faisant face à la rue Malartic.

Les études de faisabilité du projet sont en cours. Ce projet constitue un retour à la case départ. En effet dans les années 70, la MHC, fait son entrée dans l’immobilier pour la classe moyenne avec les résidences de Clos Verger et de Vuillemin, à Beau-Bassin. Plus d’un demi-siècle après sa création, l’organisme joue toujours un rôle prépondérant de promoteur d’un logement décent et confortable pour la classe moyenne.

La MHC fait partie de ces rares entités d’État à présenter un solide bilan financier. La migration du statut de corporation paraétatique à celui de société publique en 1989 gérée selon les normes du secteur privé a grandement contribué à placer la MHC, sur la voie de l’efficience. En attendant le rapport annuel de l’année écoulée, celui de 2018 donne une idée de son parcours. Les bénéfices  nets se chiffraient alors à Rs 204,22 millions comparativement aux Rs 209,79 millions de l’année précédente, soit une baisse de 2,7 %. La MHC puise ses revenus des intérêts perçus sur des prêts- logement, des commissions, du loyer, du retour sur investissement réalisé et des frais perçus sur les services rendus. En raison d’opportunités restreintes pour réaliser des marges conséquentes, la MHC a enregistré des revenus bruts de Rs 590,6 millions par rapport à l’année précédente lorsque sa performance s’affichait à Rs 586,7 millions, soit une hausse marginale de 0,66 %. Cette légère baisse de performance est due à une réduction de 5,10 % au niveau des revenus découlant d’intérêts sur les prêts-logement.

La MHC ne s’est toutefois pas cantonnée à l’octroi de prêts-logement. Elle s’est investie dans la garantie d’actifs financiers déposés par le public. Sur ce plan également, la MHC a présenté des résultats probants. Les dépôts du Plan Épargne Logement (PEL) ont enregistré une hausse de 4,3 % passant de Rs 1,7 Md en 2017 à Rs 1,8 Md en 2018. Le PEL a été institué pour encourager des personnes désireuses de s’adresser à la MHC pour un prêt-logement à faire des économies. Le Housing Development Certificate (HDC) est un autre portefeuille géré par la MHC. Il vise à détenir les dépôts réclamés par la MHC aux personnes qui veulent se lancer dans un projet de construction de logements avec sa contribution. Le montant des actifs de ce fonds a enregistré une hausse de 4,5 %, passant de Rs 2,3 Mds en 2017 à Rs 2,4 Mds en 2018.

Les activités de la MHC ne constituent qu’un aspect de l’intérêt de nombreux Mauriciens à consentir d’énormes sacrifices pour devenir propriétaires d’un toit. La Banque de Maurice (BoM) représente une importante source d’information sur la tendance des Mauriciens à investir dans la construction, l’aménagement ou l’achat d’un logement. Selon les données de la BoM au 31 décembre, au chapitre de prêts consentis par les banques commerciales à des bénéficiaires opérant en dehors du cadre des corporations financières, le montant global des prêts aux ménages s’est élevé à Rs 112,1 Mds à fin novembre 2019. La majeure partie de cette somme, soit Rs 71,9 Mds (64,2 %), a été utilisée pour financer des projets de logement.

Qu’à cela ne tienne, 2019 n’a pas été de tout repos pour les individus ou sociétés engagés dans la construction. Le troisième trimestre de 2019 a été marqué par une hausse de prix d’éléments indispensables à l’exécution d’un projet de construction. Statistics Mauritius, dans un document publié en octobre dernier, indique que l’indice des prix à la construction a accusé une hausse de 1 %. Il est passé  101,6 points au deuxième trimestre à 102,6 points au troisième trimestre de 2019. À l’origine, l’augmentation du prix des blocs de ciment, du béton prêt à l’emploi, de la menuiserie, des carreaux en granite, de la peinture et du plancher laminé. Ces hausses ont oscillé entre 0,5 % à 26,2 %. La plus conséquente a été celle de la commercialisation des blocs de ciment et la moins élevée celle des produits de menuiserie.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x