Dr Vasantrao Gujadhur: «La période d’incubation de la malaria est de 9 à 14 jours»

Avec le soutien de
Dr Vasantrao Gujadhur, responsable de la «Communicable Disease Control Unit».

Dr Vasantrao Gujadhur, responsable de la «Communicable Disease Control Unit».

Une jeune Ghanéenne, Naa Densua Mould, 28 ans, est décédée après avoir contracté la malaria. Le docteur Vasantrao Gujadhur, directeur du service de santé et responsable de la «Communicable Disease Control Unit», assure que le protocole, dans ce cas, a été suivi. Il met aussi en garde contre les maladies saisonnières transmissibles.

Est-ce que Naa Densua Mould aurait pu être sauvée de la malaria ? 
Elle a été grièvement atteinte par la maladie. Comme vous le savez, tous les voyageurs doivent remplir une fiche en arrivant à Maurice. Dans son cas, quand elle a répondu aux questions posées, elle a précisé qu’elle ne ressentait aucune douleur ou malaise. Ce n’est que cinq jours après son arrivée, le 23 décembre, qu’elle a ressenti les effets de la malaria. Il faut savoir que la période d’incubation est de 9 à 14 jours avant que la maladie ne se développe.

Elle a été immédiatement transportée dans une clinique privée où on lui a fait subir des examens. Sachant qu’elle présentait des symptômes liés à la malaria, la clinique nous en a informés étant donné que c’est le ministère de la Santé qui peut la prendre en charge. En fait, elle a contracté la malaria la plus sévère et la plus dangereuse. Si nous avons réussi à soigner la malaria qu’elle avait contractée du 23 décembre au 1er janvier, nous avons constaté qu’elle a eu plusieurs complications, dont un problème au foie. Ces complications liées à la malaria lui ont été fatales.

On parle souvent de protocole, mais il consiste en quoi exactement ? 
Une fois qu’une personne a visité un pays classé comme endémique à la malaria, nous suivons son parcours de retour à Maurice. Dès qu’elle a laissé sa carte avec les responsables de santé à l’aéroport, nous prenons contact avec elle quelque temps après. Cette personne reste sous surveillance. Nous l’appelons pour lui demander si elle ressent des symptômes liés à la fièvre ou des malaises. Nous faisons aussi des prises de sang, que nous faisons analyser.

Si nous voyons que la personne montre des signes liés à la malaria, elle est tout de suite admise et placée en quarantaine. On la met sous une moustiquaire, on l’entoure de spirales anti-moustiques et on lui donne les médicaments appropriés. Toutefois, si la personne ne se sent pas bien, elle doit nous appeler pour que nous puisions faire le nécessaire pour elle.

En cette période estivale, les maladies saisonnières sont courantes. Quelles sont les mesures à prendre ? 
Il faut surtout que les gens prennent des précautions et leurs responsabilités. Au niveau du ministère, nous avons déjà commencé nos sessions de fumigation pour éviter la propagation des moustiques sur l’île. Nous demandons la compréhension des personnes pour qu’elles nettoient leur cour et qu’elles se débarrassent des eaux stagnantes. Il faut aussi porter des chemises à longues manches et des pantalons les après-midi, pour se protéger des piqûres de moustiques qui apportent la dengue, le chikungunya et autres maladies. On demande également aux gens de se laver régulièrement les mains afin d’éviter la gastro-entérite et la conjonctivite.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires