Business Mauritius veut replacer l’économie au centre des priorités

Avec le soutien de
Business Mauritius préconise la mise en place urgente d’un «cadre régulateur pour rémunérer la biomasse» dans le secteur cannier.

Business Mauritius préconise la mise en place urgente d’un «cadre régulateur pour rémunérer la biomasse» dans le secteur cannier.

Après une année difficile, il est important de replacer l’économie comme une priorité aujourd’hui, compte tenu du ralentissement de la croissance tant à l’échelle nationale que globale, estime Business Mauritius (BM). Ses principaux cadres l’ont fait remarquer lors du traditionnel Meet & Greet trisannuel avec la presse, dans ses locaux à Ébène, hier, jeudi 19 décembre.

Pour le président de BM, Vidia Mooneegan, Maurice est un modèle de croissance basée sur l’industrie et l’exportation. Or, il ne faut pas oublier que la libéralisation du secteur des affaires dépend des Investissements directs étrangers et de l’économie globale. «Les grandes lignes de notre stratégie économique doivent donc inclure l’Ease of Doing Business, les coûts d’opération des industries, les mesures pour contenir la dette publique et le maintien des clés de notre système fiscal. Pour pouvoir distribuer la richesse, il faut d’abord réussir à la créer.»

Le CEO de BM, Kevin Ramkaloan, a rappelé de son côté qu’il est important de réaliser que la compétitivité du pays est intimement liée au contexte global. Par conséquent, l’une des positions économiques principales de BM pour 2020 sera de maintenir les exportations dans différents secteurs. Il a évoqué les difficultés constatées dans certains secteurs, notamment l’industrie cannière et le textile.

Biomasse

BM préconise, dit-il, la mise en place urgente d’un «cadre régulateur pour rémunérer la biomasse» dans le secteur cannier, tout en insistant sur des mesures pour rehausser la productivité dans le textile.

Au niveau des services financiers, le CEO a insisté sur l’importance de la «compliance» car avoir un cadre régulateur soutenu doit être vu comme un avantage et non un coût.

Pour que le tourisme évolue, il est capital, selon lui, de continuer à miser sur un tourisme «durable et authentique» et mettre l’accent sur la connectivité en 2020. Les TIC devront, par ailleurs, rester «flexibles» pour servir le marché international alors que le secteur manufacturier local a besoin de régulations pour assurer un «level playing field» par rapport aux entrants étrangers. BM encourage aussi les PME, surtout dans les TIC et l’agro-technologie, qui peuvent dégager une forte valeur ajoutée.

Par ailleurs, le Chief Operations Officer de BM, Pradeep Dursun, a brossé un tableau des relations au travail, s’expliquant notamment sur les mesures prises par le gouvernement durant ces derniers mois avec, entre autres, la Workers’ Rights Act. «Chez BM, nous comprenons les mesures du gouvernement pour l’amélioration des salaires et des conditions des employés. Cependant, il faut soutenir, à travers des mesures d’accompagnement adéquates, les entreprises affectées par une augmentation subite de leurs coûts opérationnels. Le gouvernement a été sensible à certaines de nos propositions, mais il faudra continuer ce dialogue avec l’État

Il a également évoqué le mode de calcul de la compensation salariale, insistant sur le fait que le modèle actuel «ne permet pas un calcul juste et équitable de la compensation, qui soit automatisé et tienne compte des chiffres économiques concrets».

Des projets pour 2020

En bref, les principales orientations stratégiques de BM pour 2020 tourneront autour des thèmes suivants : le développement durable, le capital humain, la bonne gouvernance, l’innovation et le développement du marché africain. Un accent particulier sera mis sur les moyennes entreprises l’année prochaine, étant donné que les précédentes actions de soutien aux PME concernaient surtout les petites et microentreprises.

Plusieurs projets ont aussi été annoncés pour 2020, notamment le lancement d’une plateforme réunissant les chercheurs d’emploi et les employeurs recherchant des compétences. Cette National Skills Matching Platform sera basée sur les compétences de travail. Autre projet d’importance : un Code of People’s Practice pour les responsables des Relations humaines, afin de promouvoir les meilleures pratiques dans ce secteur. Enfin, BM a annoncé le lancement prochain d’Inclusive Growth Guidelines à l’attention de ses membres.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x