Teddy Desire: «Salomon et Peros disparaîtront dans quelques décennies…»

Avec le soutien de
Photo d’illustration: la victime était tombée dans une bouche d’égout.Teddy Desire, 48 ans, est revenu à Maurice après 13 jours passés sur sa terre natale.

Teddy Desire, 48 ans, est revenu à Maurice après 13 jours passés sur sa terre natale.

Teddy Desire ne s’est toujours pas remis de ses émotions. Le 2 décembre, il était sur le bateau qui a quitté Maurice pour les Chagos, sa terre natale. Il y a passé 13 jours. Âgé de 48 ans, il avait quitté l’île Salomon lorsqu’il avait deux ans. Ce n’est que bien après, lorsqu’il a atteint l’âge de comprendre, qu’il a su pourquoi il n’était jamais rentré chez lui. Les seuls souvenirs qu’il a, ce sont les contes nostalgiques racontés par les aînés, dont sa mère. Teddy Desire revient sur ce qu’il a constaté sur place et pourquoi il pense que retourner sur l’archipel serait une folie…

Comment s’est passé votre voyage ?
Laissez-moi vous raconter le voyage lorsque j’ai quitté l’archipel. Je devais subir une opération chirurgicale aux Seychelles. Mais nous avions jamais pu rentrer sur l’archipel car les Britanniques avaient déjà pris le contrôle de Diego Garcia. Je suis venu à Maurice avec ma mère alors que mon père est resté aux Seychelles. C’est pour cela que ce voyage m’intéressait. Je voulais voir la terre où je suis né. 

Et 46 ans après, à quoi ressemble l’île Salomon ?
Déjà, en arrivant, c’est la beauté de la plage qui m’a frappée. Lorsque nous sommes descendus du bateau, il y avait des poissons, des raies et même un requin qui étaient là pour nous accueillir. Il est même venu nous dire au revoir lorsque nous sommes partis. Mais l’île en soi est magnifique. Il y a des ruines. J’ai même vu la bâtisse où mon grand-père réparait les pirogues. Enfin, je pense. On m’avait dit que c’était son métier et il travaillait près de la plage… On a aussi visité les cimetières. Ou koné, laba, péna boukou noms akoz lontan, bannla pa ti konn ékrir. Mais ne me demandez pas ce que j’ai ressenti, je ne saurais vous dire. C’était une déchirure entre les émotions du retour et savoir que nous ne pourrons jamais y retourner. 

Donc, vous ne croyez pas au combat des Chagossiens ? La question qu’on doit se poser est : est-ce qu’on mène le bon combat ? 
Pardon ? On n’a pas besoin d’avoir une très bonne vue pour voir que l’île va disparaître dans quelques décennies. Idem pour Peros Banos, que nous avions visitée. Avec l’érosion, les plages ont déjà rétréci. Ça se voit car les structures qui étaient autrefois sur la plage sont désormais pratiquement dans l’eau. Les îles disparaîtront sous l’eau. Alors, à quoi bon vouloir à tout prix y retourner ? 
 
Mais l’érosion peut être empêchée… Pour cela, il faudra les infrastructures appropriées sur les places. Pour les avoir, il faut d’abord repeupler l’île et tout reconstruire. Pour reconstruire, il faudra nettoyer en faisant attention à ne pas détruire toutes les espèces qui y vivent et pour cela, il faudra des études. Le temps d’arriver au stade d’ériger les infrastructures sur les plages, l’île aura disparu. Je serai le premier à refuser d’y retourner pour y vivre si jamais on me le demande.
  
Alors, pas d’espoir, selon vous ?
Si… À Diego Garcia, peut-être… 
 
Ah, vous y étiez ? Vous avez vu les avions et les soldats ?
Ah non, pas les avions. Nous n’avions pas accès à la base. Mais les soldats, oui. Nous avons même dîné et joué au beach-volley avec eux. Mais Diego Garcia est développé. Il y a le téléphone, la radio, les bâtiments et la place pour vivre. Mais bon, comme il y a la base, ce ne sera pas possible. 
 
De quel combat parlez-vous donc ? 
Je vous pose une question en retour. Lorsque ma mère et moi sommes partis, je n’ai jamais revu mon père. Il a fallu que j’attende en 1999, lorsque je suis parti aux Seychelles, pour enfin savoir à quoi il ressemblait et lui parler. Il y a des centaines et des centaines de personnes dans mon cas. Si on a la souveraineté sur les Chagos, sir Anerood Jugnauth a dit que la base pourra y rester. Donc, ce serait mieux d’avoir un dédommagement pour les préjudices que nous avons subis.

Publicité
Publicité

Un pas de plus a été franchi le 22 mai au Nations unies, avec l’adoption de la résolution visant à mettre en œuvre l’avis consultatif de la Cour internationale de justice (CIJ) en faveur de l’Etat mauricien. Le combat de Maurice pour l’archipel des Chagos devient celui de la communauté internationale. Nous vous proposons tout un dossier sur les divers articles qui ont été publiés sur le sujet. La parole aux Chagossiens, les revendications auprès de diverses instances, ou encore les interventions devant la CIJ et l’Organisation des Nations unies…

D'autres articles »
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période de confinement, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x