Un «stay of execution» du jugement contre Legallant

Avec le soutien de
Dans son jugement, la magistrate de la cour intermédiaire avait conclu que Cindy Legallant était impliquée dans un trafic de Subutex entre la France et Maurice et dans le blanchiment d’argent.

Dans son jugement, la magistrate de la cour intermédiaire avait conclu que Cindy Legallant était impliquée dans un trafic de Subutex entre la France et Maurice et dans le blanchiment d’argent.

Cindy Legallant, avait essuyé un revers devant la Cour suprême après avoir interjeté appel de la sentence de 12 mois infligée par la cour intermédiaire. Les juges Bobby Madhub et Johan Moutou-Leckning avaient maintenu cette sentence en appel en soutenant que la peine imposée ne peut être considérée comme excessive et sévère. Toutefois, le chef juge, Eddy Balancy, a ordonné hier un stay of execution du jugement prononcé contre la nutritionniste. Cette dernière sera en liberté conditionnelle en attendant son procès en appel devant le Privy Council.

Ses hommes de loi, Sanjeev Teeluckdharry et Anoup Goodary, avaient déposé une demande pour avoir la permission de saisir le Conseil privé de la reine. Une date n’a pas encore été communiquée. La jeune femme avait écopé d’un an de prison pour blanchiment d’argent.

Les délits de blanchiment d’argent, commis du 11 février au 14 mai 2008, concernaient une somme de Rs 1 671 426. Il y a des preuves, selon les juges, qui démontrent que Cindy Legallant s’était rendue en France plusieurs fois. Elle a effectué des dépôts sur son compte personnel en 14 occasions à chaque fois qu’elle regagnait Maurice, jusqu’à son arrestation à l’aéroport SSRN par la brigade antidrogue avec du Subutex dans ses valises. Somme qui provenait d’un trafic de Subutex.

Dans son jugement, la magistrate de la cour intermédiaire avait conclu que Cindy Legallant était impliquée dans un trafic de Subutex entre la France et Maurice et dans le blanchiment d’argent. Toutefois, les juges trouvent que la magistrate a été clémente envers l’accusée en lui infligeant seulement 12 mois de prison. Ils font remarquer que des personnes sans scrupule qui s’embarquent dans de telles activités ne peuvent s’attendre que la justice soit clémente envers elles car elles jouent un rôle néfaste en s’adonnant au trafic de drogue et au blanchiment d’argent.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés