Gagnant de The Voice Kids: Soan, la star de l’océan Indien

Avec le soutien de
Soan, le vainqueur de cette édition de The Voice Kids.

Soan, le vainqueur de cette édition de The Voice Kids.

En escale à Maurice avant de prendre la direction de Rodrigues, Soan, le vainqueur de cette édition de The Voice Kids, nous a accordés quelques minutes de son temps. À 12 ans, le Réunionnais a su toucher le coeur de tous grâce à sa voix. Aujourd’hui, en attendant son premier album, il continue à faire ce qu’il sait faire de mieux : chanter.

Ils ont été nombreux à suivre son parcours, et ce, jusqu’à sa victoire sur le plateau de télé-croche The Voice Kids. Soan, tout comme la Mauricienne Jane Constance, fait la fierté de l’océan Indien. Depuis qu’il a entonné une chanson typique de La Réunion, le maloya «La pli y vé tombé», sur le plateau de TF1, le petit garçon a réussi à gagner la faveur du public (voir hors-texte). Malgré le succès qui l’a submergé depuis cette prestation, le garçon n’a pas pris la grosse tête. «Il faut rester humble, c’est le secret derrière la réussite.» C’est ce qu’il nous a confié dans le cadre de l’hôtel Anantara Iko Mauritius Resort au Chaland, hier, samedi 7 decembre.

Pour Soan, qui ne se départit pas de son sourire, il faut aussi croire en ses rêves. Comme il l’a fait lors de sa prestation à cette émission. «Il ne faut pas dire que j’aurais aimé mais que je vais le faire parce que tout est possible.» Issu d’une famille de musiciens, sa première scène, Soan l’a faite alors qu’il avait six ans. «Je sais que je chante depuis que je suis tout petit. Mais ma première prestation, je l’ai faite en compagnie de mon papa, lors de mes huit ans. C’était le 20 décembre pour la fête de l’abolition de l’esclavage. Et l’on poursuit toujours cette tradition.» Le petit Saint- Andréen avoue qu’il voue un amour à tous les instruments traditionnels de son île. «Je joue de la batterie mais j’ai aussi appris à manier tous les autres instruments réunionnais.»

Alors que ses copains d’école jouent au foot ou se consacrent à une autre activité, ses plus proches amis et lui ont lancé un groupe musical, Kreasion. D’ailleurs, dit-il, son groupe s’est produit pour la première fois sur une scène réunionnaise vendredi soir. «On est un groupe de potes, tous issus de St-André. Nous nous sommes connus au collège et le plus âgé doit avoir autour de 17 ans. Notre répertoire passe du maloya aux chansons du moment.»

En attendant que son premier album soit produit par Universal, le chanteur profite de son temps pour aller à la rencontre de son public, hors Réunion. «Mon premier concert, je vais le faire à Rodrigues lors du Festival Kreol (NdlR, concert tenu hier soir). Je stresse un peu car mon papa m’a dit que le public rodriguais vient en grand nombre. Mais c’est un honneur de participer à ce spectacle.»

Pour celui qui caresse l’espoir d’être un jour architecte paysagiste, le travail doit continuer à se faire. «Le talent n’est pas suffisant. Il faut que tu continues à t’entraîner si tu veux aller le plus loin possible. » Et avant de regagner son avion, il a tenu à remercier tout le public mauricien qui l’a soutenu.

Son manager: Judikaël Mistrin prévoit de bonnes nouvelles

Il ne veut pas trop se mouiller mais le manager de Soan, Judikaël Mistrin, laisse entendre que de bonnes choses sont en attente pour son jeune protégé. «Il y en aura qui concernera Maurice également, mais je ne peux en dire plus actuellement. » Il est fier de produire le jeune gagnant, d’autant plus que c’est le premier concert où il se produit depuis sa victoire à «The Voice Kids». «Il faut promouvoir la culture maloya et je pense que Maurice et Rodrigues vont apprécier. En tout cas, Soan est dans une bonne vibe.»

Un terrien qui en a ému plus d’un

Le 25 octobre 2019. Cette date restera à tout jamais gravée dans sa tête. Le jeune Soan atteint la finale de «The Voice Kids». Il reprend un grand classique de Daniel Balavoine, «SOS d’un terrien en détresse». Dès les premières notes, l’émotion le submerge. Cette chanson, elle lui tient encore plus à coeur. Il explique qu’à La Réunion, on lui a dit que les petits oiseaux rouges qui volent sont les proches qui sont partis au ciel et en pensant à cette référence, il a été ému.

Émotion qu’il a voulu partager avec le public. Autre reprise qui a fait frissonner ses fans, c’est la chanson de Bob Marley «Redemption Song». «Le plus important pour moi a été de faire découvrir ma culture réunionnaise aux autres. Et de faire découvrir le maloya, et cela même si je ne passais pas les auditions à l’aveugle.» Celui qui voulait seulement partager sa passion aux autres devient le premier garçon à remporter cette émission au bout de six saisons.

Jeannick Arhimann: «On ne croit pas au hasard, tout a un sens»

Pour le père de Soan, Jeannick Arhimann, le hasard n’existe pas. «On n’y croit pas. Tout a un sens pour nous.» Il confie que depuis la victoire de son petit, ce dernier n’a rien changé à ses manières. «Il est resté l’enfant que l’on a connu. Ce n’est qu’en public que l’on réalise que le petit a des fans et que les gens le reconnaissent.» Pour lui, son fils a réussi à réaliser le rêve de tout artiste. «On vit un peu à travers lui maintenant, surtout qu’il obtient des propositions internationales.» Jeannick Arhimann soutient que le premier album réalisé par Universal sera plus un produit international. «Ce n’est qu’après que l’on va pouvoir produire des titres qui auront la couleur de l’océan Indien.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires