Trafic de drogue: un Britannique dénonce son contact local

Avec le soutien de
 Le Britannique devait recevoir Rs 2 millions pour chaque kilo d’héroïne et Rs 200 000 pour de la marijuana.

 Le Britannique devait recevoir Rs 2 millions pour chaque kilo d’héroïne et Rs 200 000 pour de la marijuana.

100 kg d’héroïne et 50 kg de marijuana. Ces drogues seraient entrées à Maurice en 2017. Se sentant en danger, un Britannique, qui les aurait envoyées, a alerté les autorités mauriciennes.

Il n’a pas été payé… Ce Britannique, qui aurait envoyé des drogues à Maurice, a dénoncé son contact local dans des affaires ayant trait au trafic de drogue. Il se dit en danger et souhaite que les autorités traquent cet individu. Il a déjà retenu les services d’un homme de loi en vue des futurs développements.

Tout a commencé il y a un peu plus de deux ans. C’est à travers un Sud-Africain que le contact mauricien entend parler du Britannique. Les deux hommes se rencontrent et décident de faire affaire. Le Britannique a comme mission d’envoyer de la drogue à Maurice contre des paiements fort intéressants. Il recevra Rs 2 millions pour chaque kilo d’héroïne et Rs 200 000 pour de la marijuana qu’il enverra. Tenté par l’argent, cet habitant de la GrandeBretagne conclut l’accord.

Un premier colis de 50 kg de marijuana est envoyé à Maurice en 2017. Selon les dires du Britannique, son contact récupère la drogue sans grande difficulté. Le Mauricien demande ensuite d’envoyer un autre colis. Il s’agit de 100 kg d’héroïne cette fois et le paiement sera effectué après la livraison. «Je lui ai envoyé la drogue demandée. L’héroïne quitte l’Afrique du Sud à bord d’un navire qui doit se rendre à Madagascar. Le colis est transité à Maurice et il y a des personnes qui réceptionnent la drogue», explique le Britannique.

Les deux colis envoyés, le Britannique réclame son argent pour le travail accompli mais le contact mauricien aurait fait la sourde oreille et l’aurait fui. «He refused to give my money», affirme le Britannique. Le Mauricien l’aurait menacé de le dénoncer aux autorités britanniques et aussi de lui faire du mal.

Des brebis galeuses

«I am afraid for my life and that of my family. Il est capable de nous faire du mal. Il est d’ailleurs soupçonné d’avoir agressé trois membres d’une famille qui était à Maurice récemment. L’affaire avait été rapportée à la police», soutient le jeune homme.

L’express a contacté un officier de la douane et un autre de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) pour une version. «Pour que la drogue arrive à rentrer à Maurice par voie maritime, il doit y avoir des brebis galeuses. Ils sont souvent tentés par l’argent facile et sont prêts à faire tout ce qui est illégal. Ce, jusqu’à oublier en quoi consiste réellement leur travail. Rien n’est impossible», confie cet officier de la douane affecté au port.

L’élément de l’ADSU abonde dans le même sens. Et d’ajouter qu’il y a, malgré tout, des officiers «qui font leur travail pour éviter que la drogue entre à Maurice».

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x