Guy Paz: un chef cuisinier origamiste

Avec le soutien de
Guy Paz, un chef d’origine libano-polonaise âgé de 42 ans et installé à Maurice depuis huit ans, transforme les ingrédients en plats.

Guy Paz, un chef d’origine libano-polonaise âgé de 42 ans et installé à Maurice depuis huit ans, transforme les ingrédients en plats.

«Je me suis toujours intéressé à l’art – toute forme confondue. L’art constitue principalement une source de relaxation, de méditation et de thérapie anti-stress. Car, travailler dans la cuisine s’avère très stressant, surtout dans les grands restaurants et les hôtels», confie Guy Paz. Et c’est ainsi, en faisant des recherches sur les différents types d’art sur le net qu’il est tombé sur l’origami. C’était il y a plus d’une décennie. A l’époque, il vivait en Israël où il a exercé comme chef dans plusieurs hôtels et restaurants. «J’avais toujours cette envie de créer avec mes mains. D’ailleurs, en tant que chef je le fais déjà. C’était donc naturel pour moi de faire l’origami. J’en suis tombé amoureux», relate le quadragénaire. 

Toutefois, il devait laisser tomber sa passion. «Il s’est passé des choses. Je me suis s’est installé à Maurice. J’ai ouvert mon commerce. Je n’avais plus de temps pour l’origami», raconte-t-il. Avec sa femme, Candy, qu’il a rencontrée en Israël et qui est une pâtissière d’origine mauricienne, ils ont mis en place un service de catering avant d’ouvrir un restaurant. Mais les clients n’étaient pas au rendez-vous et ils ont dû mettre la clef sous le paillasson. 

C’est pendant cette période que Guy Paz a renoué avec l’origami. «Un très bon ami qui est un artiste musical était venu me rendre visite. On s’est reconnecté aux racines. Lui à la musique, moi à l’origami. Cette reconnexion avec l’ami en question m’a donné la motivation à mettre la barre plus haut» confie Guy Paz. C’est ainsi qu’il s’est remis à l’origami classique et créer des fleurs pendant son temps libre. Ensuite, il s’est mis à réaliser des formes géométriques, avant de passer à d’autres modèles plus élaborés. Notamment des vases à fleurs, des animaux sauvages et pour être dans le thème des fêtes, des pères Noël et des bonhommes de neige. Son chef d’oeuvre est un paon. A l'avenir, l'artiste-chef compte créer des modèles représentatifs de Maurice, comme le dodo. Ses créations sont exposées dans le restaurant où il travaille avec sa femme à Curepipe.

Transmettre la passion aux enfants 

Guy Paz a un rêve: enseigner l'origami aux enfants. Selon lui, l’origami est une thérapie. «On veut toujours faire vite. Or, avec l’origami on a des procédures à suivre. Cet art permet de développer la concentration, pratiquer le contrôle de soi, développer la patience et à gérer la frustration. Ça ne marche pas toujours. Il faut alors prendre respiration profonde et vous recommencez» soutient-il. Puis, l’origami développe l’imagination et procure un sentiment de satisfaction à chaque fois qu’une oeuvre est réussie. «Le système éducatif à Maurice est axé sur le côté académique. Je crois fermement que l'origami va permettre aux enfants à développer d’autres aptitudes mentionnées» dit l’artiste. 

Guy Paz pense, ainsi, trouver des endroits informels tels que dans des ateliers de travail, où il pourra enseigner l’origami aux enfants. «Cependant, comme pour toute chose à Maurice, il faut avoir des contacts pour y parvenir. Je vais solliciter l’aide d’un proche Je vais aussi probablement contacter les personnes moi-même» laisse-t-il entendre. Mais dans l’immédiat, l’artiste compte se présenter au marché de Noël qui se tiendra à Cap Tamarin le 7 décembre prochain. Les intéressés peuvent aussi visionner sa page Facebook, Sacred Guy-O-Metry. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires