Musique classique: Véronique Zuël donne le ton à son premier album

Avec le soutien de
La soprano Véronique Zuël se lance avec un tout premier album, intitulé «Méditation sur des airs classiques ».

La soprano Véronique Zuël se lance avec un tout premier album, intitulé «Méditation sur des airs classiques ».

Tant de rôles, tant de récitals. Mais jamais d’album. La soprano Véronique Zuël se lance avec un tout premier album, intitulé «Méditation sur des airs classiques ». Onze titres pour transmettre de l’émotion, de l’apaisement et une reconnexion à soi. Fil conducteur : chacun des morceaux est imprégné d’une grande douceur qui n’est pas sans nous rappeler la personnalité de la soprane.

Pour cette première oeuvre, Véronique Zuël est accompagnée de son «ami de plus de 20 ans», le pianiste Kenneth Babajie. «Cet album ce n’est pas un solo, mais un duo», confie Véronique Zuël. «Cela fait plus de quatre ans que Kenneth me pousse à réaliser cet album». Pour sa part, le pianiste affirme : «c’est un honneur d’avoir été choisi». 2019 est le bon moment. «Cette année, il n’y a pas eu de grosse production d’opéra», explique Véronique Zuël.

C’est à deux qu’ils ont choisi les morceaux figurant sur l’album. «Au fil des ans, nous avons beaucoup joué ensemble, nous avons un vaste répertoire. Nous nous sommes arrêtés sur des morceaux qui nous ont touchés. Ils vont aussi toucher le public, leur faire revivre des moments importants de leur vie», souligne Véronique Zuël.

La soprano a été souvent approchée, durant sa carrière, pour chanter lors de grandes occasions, tels des mariages. L’album comprend ainsi trois «Ave Maria», les oeuvres très populaires de Charles Gounod et de Franz Schubert et celle moins connue de Pietro Mascagni. «Le reste de l’album est dans le même esprit. Nous avons voulu créer une ambiance : celle de l’apaisement», explique Kenneth Babajie.

On y retrouve ainsi Standchen de Schubert, Ombra Mai Fu de Händel, Les Berceaux de Faure, Panis Angelicus de Franck, BWV Cantata 147 de Bach et Holy City d’Adams interprétés par la soprane. Il y a aussi deux solos de Kenneth Babajie à savoir Moonlight Sonata (1er Mouvement) de Beethoven et Méditation de Thaïs de Massenet.

Pour l’anecdote, durant l’enregistrement de l’album, au Studio Sounds à l’hôtel La Pirogue à Flic-en-Flac, chacun des artistes s’est retrouvé dans une salle différente pour une meilleure prise de son. «Même si nous étions séparés, Kenneth Babajie a su deviner à quel moment je reprenais ma respiration» raconte Véronique Zuël. Ce qui illustre le degré d’écoute du musicien. Ce qui explique comment, «le respect mutuel s’installe. Ensemble, on peut travailler pour un meilleur monde». Les «Méditations sur des airs classiques» est en vente en librairie.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires