Dominique Pierre : «Avoir plus de femmes en politique revient à mettre en place une société matriarcale»

Avec le soutien de
Dominique Pierre, ambassadrice de Gran Lekol Filosof.

Dominique Pierre, ambassadrice de Gran Lekol Filosof.

Que pensez-vous de la participation de la femme à la politique à Maurice ?

Le taux de participation de la femme au sein de la politique est très faible. La raison est simple, c’est par rapport à notre système éducatif et notre culture. La fille est poussée vers le mariage et la famille et non pas vers la politique. Si une place existe pour les femmes dans la politique, elle est offerte et non une place créée. Mais il faut prendre en considération qu’une présence dans la politique implique l’absence au sein de la famille.

Sur le terrain, je réalise que les femmes prennent part à la politique sans forcément le savoir. Il nous faut un changement en synchronisation à trois niveaux pour les femmes; la société, la politique et le pays.

Les élections qui ont pris fin marquent la présence de 14 femmes au Parlement. Quelle est votre opinion ?

Ce n’est pas représentatif. Ces femmes qui se retrouvent au Parlement doivent être solidaires les unes des autres. Elles ne doivent pas qu’occuper le siège qu’on veut bien leur céder, mais assumer le rôle d’une femme politicienne qui doit s’imposer au niveau du pays. C’est un changement d’atmosphère à Maurice et un bon début.

Toujours est-il que des changements s’imposent à la base. L’éducation est le résultat de ce qu’on laisse pour les prochaines générations et elle doit désormais prendre un nouvel élan pour libérer ce potentiel en soi en tant que femme.

Selon les observateurs de la Southern African Development Community, le taux de participation de la femme au sein de la politique reste très faible. Pourquoi cette tendance ?

La société mauricienne est patriarcale. Dire d’avoir plus de femmes revient à mettre en place une société matriarcale, ce qui représente un changement radical. Est-ce que la société est prête pour ce changement ? C’est la question qu’on doit se poser.

N’oublions pas que les femmes qui se retrouvent au Parlement ont dû faire face à beaucoup de difficultés à plusieurs niveaux : physique, mais aussi en tant que célibataire ou mère de famille. Elles ont fait face au jugement des personnes afin de se faire comprendre et être crédibles. C’est là toute la difficulté.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires