Concassage: bras de fer entre Eastern Stone Crusher et l’Environnement

Avec le soutien de
(photo d’illustration) Selon Eastern Stone Crusher, les employés enlevaient les pierres dans un champ.

(photo d’illustration) Selon Eastern Stone Crusher, les employés enlevaient les pierres dans un champ.

La guerre est déclarée. Ranjiv Woochit, un des directeurs de la station de concassage Eastern Stone Crusher, soutient que jeudi dernier alors que des employés s’adonnaient à une opération d’épierrage, soit enlever des pierres, dans un champ à Triolet, des membres de la police de l’Environnement leur ont émis une notice de «stop order» des travaux.

Il soupçonne des représailles à l’encontre de son entreprise. Selon lui, sa compagnie agit en toute légalité car elle possède le permis d’Environmental Impact Asessment requis pour entreprendre des travaux d’épierrage. Il souhaite porter toute l’affaire devant une cour de justice.

Mais c’est un autre son de cloche venant de la police de l’Environnement. Un des responsables déclare que cette compagnie ne pratique pas des opérations d’épierrage, mais exploite une rock quarry, c’est-à-dire qu’elle creuse profondément le sol pour en retirer des roches.

Selon lui, une telle opération nécessite un permis spécifique qu’Eastern Stone Crusher n’a pas. «Nous avons reçu plusieurs plaintes de la part d’habitants du Nord concernant la pollution, d’où notre action à l’encontre de la compagnie», ajoute cette source.

Contactée à ce sujet, Eastern Stone Crusher dément qu’elle exploite une carrière de pierres. Selon la compagnie, une telle activité nécessite des équipements sophistiqués qu’elle dit ne pas posséder.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires