Séparée de sa soeur siamoise: Cléanne ou la joie de vivre

Avec le soutien de
Cléanne respire désormais sans aucune assistance la plupart du temps.

Cléanne respire désormais sans aucune assistance la plupart du temps.

La date de son retour à la maison n’est toujours pas connue pour l’heure. Cléanne Papillon, le bébé miracle, se porte de mieux en mieux. Elle respire la joie de vivre et donne du courage à ses parents, Marie- Hèlene et Ian Papillon, qui sont à son chevet jour et nuit, à l’hôpital de Flacq, où la petite est hospitalisée depuis son retour de Bangalore, en Inde. Où elle a subi une délicate intervention afin de la séparer de sa sœur siamoise, Cléa. Cléanne, qui sourit désormais à la vie avec ses six petites dents, n’est plus reliée qu’à quelques tubes, qui l’aident à s’alimenter. «Mais elle respire seule la plupart du temps. Elle est très gaillarde. Elle grandit comme un enfant normal», confie son père, heureux.

«Marie-Hélène, elle, continue à passer le plus clair de son temps à l’hôpital aux côtés de notre fille, elle s’assure que tout va bien. Cléanne sait quand on est là. On préfère la rassurer», soutient Ian. Qui ajoute que sa fille reconnaît même les voix de ses proches. «Ses frères vont également lui rendre visite. On a tous hâte qu’elle rentre à la maison.»

Toutefois, la famille Papillon confie que pas un seul jour ne passe sans qu’elle n’ait une pensée émue pour la petite Cléa, qui a malheureusement dû être sacrifiée pour que sa soeur puisse survivre. «Li osi nou al get li. Pa pou kapav bliyé li zamé…»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires