Enfant de 9 ans séquestré: «Madam-la inn atas mwa ek enn sez»

Avec le soutien de

L’enfant aurait été ligoté à une chaise par la voisine.

Il en est encore traumatisé. Et se retrouve à l’hôpital… Un enfant de neuf ans aurait tout bonnement été ligoté et séquestré. Par nulle autre qu’une «voisine», qui l’accuse de vol…

Vendredi. En cette période de vacances scolaires, le garçonnet s’adonne à une partie de pêche, en compagnie de quelques camarades et sa sœur âgée de 13 ans. Mais, soudain, apparue de nulle part, comme une «dame» qu’il dit ne pas connaître personnellement, même s’il l’a «déjà vue» dans le voisinage, puisqu’elle «habite tout près de la rivière».

Celle-ci se serait mise à lui crier dessus et le violenter. Devant ses amis  et sa soeur, impuissants, elle l’aurait conduit jusque chez elle où elle l’aurait attaché à une chaise puis séquestré pendant de longues minutes. Un traumatisme duquel l’enfant a du mal à se remettre.

Ce n’est qu’hier, samedi 16 novembre, qu’il a raconté sa mésaventure aux enquêteurs du poste de police de Flacq. «Sa Madamla inn vinn ris mwa par mo lébra inn dir mwa monn kokin so larzan. Linn met enn fos sarz kont mwa. Madam-la  inn atas mwa ek enn sez.»

C’est à sa soeur que le petit doit sa «libération». Celle-ci est allé prévenir les parents du garçonnet, qui sont ensuite allés le récupérer chez «Madam-la». La police, apprend-on, interrogera bientôt cette dernière.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x