Président de la République: l’ancien juge Abdurafeek Hamuth favori de la course

Avec le soutien de
Pravind Jugnauth, Abdurafeek Hamuth (GCSK) et Barlen Vyapoory lors de la remise des insignes aux décorés le 22 août.

Pravind Jugnauth, Abdurafeek Hamuth (GCSK) et Barlen Vyapoory lors de la remise des insignes aux décorés le 22 août.

Le président de la République par intérim, Barlen Vyapoory, quitte son poste dans «quelques jours». C’est ce qu’il a confié à l’express hier après-midi. Un départ, dit-il, après un accord avec le Premier ministre, Pravind Jugnauth. À l’issue de sa réunion avec Arvin Boolell hier, en réponse à une question de la presse au sujet du départ annoncé de Barlen Vyapoory, le chef du gouvernement a indiqué qu’il n’a pas encore reçu la lettre de démission de celui-ci.

Le Premier ministre nommera un nouveau chef d’État et un vice-président de la République après son départ. Il nous revient que l’ancien juge Abdurafeek Hamuth pourrait être le prochain locataire de la State House. L’entourage du Premier ministre a déjà pris contact avec cette personnalité. Celle-ci, dit-on, jouit d’une très grande estime de la part de sir Anerood Jugnauth, ancien ministre mentor.

Abdurafeek Hamuth a eu une longue carrière dans le judiciaire. Il était magistrat pour ensuite être promu Deputy Master and Registrar de la Cour suprême en juin 1996, avant d’occuper les fonctions de Master and Registrar. En février 2003, il a accédé au poste de Directeur des poursuites publiques. Quatre ans plus tard, il a été nommé juge de la Cour suprême. Il a pris sa retraite l’année dernière à l’âge de 67 ans.

Les noms d’autres personnes sont cités, mais celles-ci nient toutes avoir été contactées. Depuis qu’Ahmad Jeewah a quitté le MMM en août dernier pour rejoindre le MSM, dans certains milieux, on laisse entendre que Pravind Jugnauth lui avait promis la présidence pour qu’il claque la porte du parti de son cœur. À hier après-midi, l’ancien ministre mauve affirme n’avoir eu aucune offre. «Je n’ai rien entendu de ce genre», soutient-il. Toutefois, il ne cache pas son intérêt pour ce poste. «Si j’ai une proposition, je l’accepterai car c’est un honneur», déclare-t-il.

Depuis quelques jours, il était aussi question que la speaker sortante de l’Assemblée nationale, Maya Hanoomanjee, allait poser ses valises au Réduit comme présidente de la République et qu’elle serait épaulée par Françoise Labelle. «C’est une rumeur qui n’est pas fondée. Je peux vous l’assurer», maintient la présidente sortante du Parlement. La candidate battue dans la circonscription de Vacoas-Floréal abonde dans le même sens. «C’est faux», précise-t-elle. L’ancien chef juge Kheshoe Parsad Matadeen est aussi pressenti pour être le chef de l’État.

Pour revenir à Barlen Vyapoory, il dit partir avec une grande satisfaction et confie avoir accompli son devoir pour le pays au mieux de ses capacités. Après sa démission, il consacrera son temps au coaching. «J’encadrerai les jeunes pour améliorer leur maîtrise de la langue anglaise et pour le self-esteem. Je les aiderai aussi à mieux parler en public», déclare l’ancien Senior Lecturer du Mauritius Institute of Education.

Barlen Vyapoory a prêté serment comme vice-président de la République le 4 avril 2016. Il assure l’intérim comme président de la République depuis le 23 mars 2018.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires