Rencontre: Saïdou Abatcha, la parole au griot

Avec le soutien de
Sur scène, arborant souvent des vêtements africains, et muni d’instruments traditionnels, Saïdou Abatcha rappelle les conteurs d’un autre temps.

Sur scène, arborant souvent des vêtements africains, et muni d’instruments traditionnels, Saïdou Abatcha rappelle les conteurs d’un autre temps. 

Dans le cadre des 25 ans de Komiko, la troupe a invité l’humoriste international Saïdou Abatcha à se produire à Maurice. Nous l’avons rencontré avant le lever de rideau.

Ce soir, le public est convié aux 25 ans de la Trup Komiko. Un quart de siècle qu’il convient de fêter en grande pompe et le Mauritius Biggest Comedy Show prévu à cet effet, ce soir à partir de 20 heures au Trianon Convention Centre, promet d’en mettre plein la vue et les oreilles. Dans le cadre de cette célébration, la Trup Komiko a un invité spécial. Il s’agit de l’humoriste Saïdou Abatcha.

Ceux qui ont eu la chance de voir les spectacles de Saïdou Abatcha savent qu’il est un humoriste peu ordinaire. Peul et natif du Cameroun, il est à la fois conteur, humoriste, jongleur de mots, et griot. S’il a été berger pendant son enfance, il prêche aujourd’hui les valeurs humaines. Sur scène, arborant souvent des vêtements africains, et muni d’instruments traditionnels, Saïdou Abatcha rappelle les conteurs d’un autre temps. De ce temps où les anciens transmettaient la connaissance par le biais d’histoires racontées. Un temps où l’oralité avait encore toute sa place.

Arrivé chez nous cette semaine, c’est au Komiko Art Club à Bagatelle que nous l’avons rencontré. D’une extrême simplicité, l’humoriste se fond dans la masse. Toutefois, dès les premiers mots, les premiers regards, nous savons que nous avons affaire à non seulement un humoriste et un poète, mais aussi à un sage.

Durant la conversation, qui va durer plus d’une heure, Saïdou Abatcha nous entraîne dans son Cameroun natal. Il explique qu’il existe des valeurs chez le peuple peul qu’il a par la suite retrouvées dans toutes les croyances qu’il prend plaisir à étudier. «Chez les Peuls, nous avons trois valeurs fondamentales, qui sont la sagesse, la patience, et l’humilité. C’est l’éducation de base de tous», souligne-t-il. Jetant un coup d’œil sur notre pays qu’il découvre, il laisse entendre : «Ici, vous avez plusieurs communautés, qui vivent en harmonie. Vous êtes un exemple pour l’humanité».

Pourquoi utiliser l’humour pour faire passer ses messages ? «Les messages passent mieux avec le rire. L’humour et les contes sont comme des miroirs dans lesquels on se contemple. Si on voit des qualités, on les garde et on les partage et si nous y voyons des défauts, on peut les corriger», explique Saïdou Abatcha, avant d’ajouter : «je ne veux pas que mon humour soit une leçon de morale. Je veux qu’il soit un enseignement, un divertissement, une méditation, et une prise de conscience. Ce que disent les religieux, je le dis par le biais de la rigolade». Sa pensée se résume à un proverbe que le griot aime particulièrement : «Ce beau monde ne sera beau monde que quand tout le monde de ce monde aura accepté de partager avec tout le monde».

Si ce soir, il fera une apparition sur scène, Saïdou Abatcha donnera une représentation en solo le samedi 9 novembre au Komiko Art Club. Il y parlera, entre autres, de divers thèmes dont «la relation Nord-Sud, la vie de couple, la famille, l’environnement, le respect de l’autre et la place de l’homme dans la société d’aujourd’hui». Le tout dans la bonne humeur. Le prêche du berger, promet de toucher le cœur de plus d’un. À travers Saidou Abatcha, c’est plus qu’un artiste que la Trup Komiko nous offre, c’est une autre vision de la vie, un peu d’espoir et de sagesse pour des lendemains meilleurs.

Le spectacle de ce soir

À quelques heures du lever de rideau, Miselaine Duval est au four et au moulin. La fondatrice de Komiko s’active pour que tout soit parfait. Plus d’une vingtaine d’artistes défileront ainsi, ce soir, sur la scène du Trianon Convention Centre. C’est dire que le rire sera au rendez-vous. «En ce jour où nous fêtons notre anniversaire, tout notre amour va au public mauricien. C’est ce public qui nous a donné de la valeur. Si nous existons depuis 25 ans c’est grâce à lui», explique Miselaine Duval, avant de souligner à quel point c’est un combat incessant pour la troupe de trouver du soutien. «Nous recevons des coups de pouce, mais pas vraiment de coup de main. On parle souvent d’industrie musicale, mais nous, qui faisons du théâtre, on se situe où dedans ? J’espère que le prochain ministre de la Culture sera quelqu’un qui aura une conscience artistique ou, du moins, qui essaiera de l’avoir». À noter que les billets pour le spectacle de ce soir sont encore disponibles, mais dépêchez-vous si vous souhaitez assister au Mauritius Biggest Comedy Show.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires