Elections: Affirmative Action appelle à ne plus voter bloc

Avec le soutien de
Le père Jean-Claude Veder, jeudi 24 octobre, a expliqué le manifeste d’Affirmative Action.

Le père Jean-Claude Veder, jeudi 24 octobre, a expliqué le manifeste d’Affirmative Action.

Il y a 15 jours, Affirmative Action, mouvement qui milite contre toutes les formes de discrimination envers les citoyens et en particulier envers les Créoles, présentait dans les grandes lignes un manifeste électoral avec ses propositions de réforme à être remis aux partis politiques. Hier, jeudi 24 octobre, dans le gymnase du Lorette de Rose-Hill, ce mouvement fondé par le père Jean-Claude Veder, qui a aussi mis sur pied le mouvement Zezi Vre Zom (ZVZ) il y a une décennie, a réuni près de 300 membres de ZVZ pour ventiler le contenu de ce manifeste et leur expliquer comment voter. A la fin de ce rassemblement de deux heures, tout en ne donnant pas de consigne de vote, le père Veder a appelé ceux présents à ne plus voter bloc.  

Si sur le mél d’invitation, il n’était question que de deux intervenants, en l’occurrence, le père Veder, fondateur de ZVZ et d’Affirmative Action et le père Gérard Mongelard, qui à la demande du père Veder, a repris la barre du ZVZ il y a quatre ans, hier soir, deux autres intervenants ont pris la parole, à savoir le vicaire-général, le père Jean-Maurice Labour et Jonathan Ravat, le chef d’équipe des études sociales à l’Institut Cardinal Jean Margéot.  

En prélude aux interventions, le père Veder a fait défiler sur l’écran géant une petite vidéo où l’électeur chrétien est comparé à un crayon papier avec sa gomme au bout, qui doit retenir cinq choses. Celles-ci sont qu’il est capable de grandes choses mais a besoin d’être guidé, qu’il doit être aiguisé et que ce processus douloureux est nécessaire pour qu’il puisse écrire, qu’il a la capacité d’effacer toutes ses erreurs avec la gomme, que ses qualités plus importantes sont en lui et que malgré toutes ces conditions, il doit continuer à écrire de façon nette, même si sa vie devient difficile. 

Achat de vote

Le père Labour a transmis à l’assistance attentive, dans laquelle figurait José Moirt, ancien avocat d’AA, qui est candidat de 100 % Citoyens à Curepipe/Midlands, et l’observateur social et ancien ministre Amédée Darga, le message du Cardinal Piat à l’intention des électeurs. Il a rappelé que l’électeur chrétien n’a pas le droit de se dérober de sa responsabilité de voter, une responsabilité qu’il doit exercer avant, pendant et après le vote, qu’il ne doit pas se laisser berner par des tentatives directes et indirectes d’achat de vote. 

«Hier soir dans enn groupe monn tann dir ki enn kantité achat de vote pé déroule, ki pe donn tan pou l’auto, donn tan pou défilé ek ki seki donn ou zour vote li ogmenté par deux. Mo pa finn vérifie sa l’information là mais mo tann dimounn dir», a avancé le vicaire général. 

Par contre, ce dont il a été témoin, c’est un candidat distribuant des bonbons et des chocolats à la sortie de la messe. «Sa finn bien agace moi. Li bon ki bann citoyens chrétiens engage zot en étant par exemple agent de bann candidats parski être agent, se enn forme d’engagement mais rôle enn agent c’est organise bann debats contradictoires avec bann candidats pour ki bann électeurs trouve pli clair». Pour finir, il a demandé aux ZVZ présents de ne pas abdiquer de leur devoir de voter. 

Le père Mongelard qui agissait comme maître de cérémonie, a déclaré qu’il y avait tant de ‘cadeaux’ et de promesses électorales que le plus grand chômeur bientôt serait le père Noël. 

Urgence climatique

Lui succédant au micro, Jonathan Ravat qui siège sur la Commission Justice et Paix du diocèse de Port-Louis, a rappelé qu’être Chrétien «c’est s’intéresser aux affaires du monde, aux choses qui affectent la vie des hommes et des femmes.» 

Pour que les électeurs puissent mieux maîtriser les enjeux de société, la Commission Justice et Paix a élaboré un document de 50 pages portant sur 27 problématiques comme par exemple l’urgence climatique, la pollution, les inégalités, la lutte contre la pauvreté, le logement social, la drogue, la famille, les droits de l’enfant, le Freedom of Information Act, le financement des partis politiques, le tout avec des statistiques actualisées et des questions pertinentes générales comme pointues à être posées aux candidats venant chercher des votes.  

«Nou pas interessé donn zot enn lot rapport mais donn zot bann données pou fer zot réfléchi. Li pou permet bann Chrétiens gaign accès à l’information pou ki zot interpelle bann candidats lor sa bann sujets là et ki bann candidats pas vinn koz n’importe ar zot». Ce document, a précisé Jonathan Ravat, ne doit pas être utilisé uniquement pendant la campagne électorale. «Si nou servi li zis pendant campagne, nou pe fer le jeu du système. Nou responsabilité de citoyen li pas réduire à être zis enn électeur. Si nou fer ça, nou pou complis de système là. Seki bisin se res vigilant ek sa document là pou ed zot res vigilants.»

Land Court

Le père Veder a présenté le manifeste d’AA, qui a été tiré à 5 000 copies. Chaque leader politique en recevra un et les autres copies seront distribuées à travers l’île. Rappelant la raison d’être d’AA, il a dit que de nos jours, lorsqu’on évoque la communauté créole devant d’autres personnes, «on dirait tout zot cheveux dressé.» 

Il a rappelé les propositions du manifeste, à savoir mettre sur pied une Land Court digne de ce nom, faire que la langue créole soit reconnue comme langue nationale, que les pêcheurs aient le même statut et les mêmes facilités que les planteurs dont le grant sur trois ans selon la Small Planters Welfare Fund est de plus de Rs 400 millions, l’absence ou la rareté des Créoles dans le secteur public et les corps parapublics. Il a cité l’exemple de la Mauritius Broadcasting Corporation. 

Une autre proposition est la révision du Nelson Mandela Centre for African and Mauritian Culture et du Morne Heritage Trust Fund afin que ces organismes aient les mêmes facilités et allocations que les autres centres culturels existants. «Bisin ena enn stratégie avec ressources suffisantes pou éradique discrimination», a estimé le père Veder. 

Pour conclure, le fondateur d’AA et de ZVZ a affirmé que le moment était venu de ne plus voter bloc. «Enn monper ti dir : eski ou kroir ki bloc pou al koz pou ou dans Parlement ? Li ena raison, bloc pa koze ça. Inn arriv ler pou arrête vote bloc. Al reflési lor candidat là ek servi ou crayon. Ou pou ena enn pouvoir extraordinaire.» Abondant dans le même sens, le père Mongelard a affirmé qu’il ne fallait pas «vot pied banane. Vot dimounn konpetan ki pou defann ou dan Parlement». 

Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x