Meurtre d’Hiteshwar Domun: son fils reconduit en cellule

Avec le soutien de
Hiteshwar Domun (à g.) aurait été agressé par son fils, Krishna (dr.) chez eux, à Lallmatie.

Hiteshwar Domun (à g.) aurait été agressé par son fils, Krishna (dr.) chez eux, à Lallmatie.

Il s’appelait Hiteshwar Domun et avait 44 ans. Ce laboureur de profession, domicilié à Lallmatie, a trouvé la mort après qu’il aurait été agressé par son fils Krishna, âgé de 22 ans. Ce jeune a comparu devant la Bail and Remand Court ce dimanche. Il a été reconduit en cellule après sa comparution.

La police de Lallmatie et le SAMU ont été mandés à Mission Cross Road, hier matin, samedi 28 septembre. La victime gisait alors dans une mare de sang, dans la cour jouxtant la maison…

Alors que l’ambulance le conduit à l’hôpital de Flacq, le quadragénaire confie au personnel soignant que c’est son fils qui l’a agressé. Hiteshwar Domun a rendu l’âme pendant qu’il recevait des soins à l’hôpital.

Pendant ce temps, incriminé par son père, Krishna Domun prend la fuite. Une battue organisée dans la région par la police de Moka, le Field Intelligence Office Eastern et la Criminal Investigation Division (CID) de Flacq permettra toutefois de retrouver le jeune homme quelques heures plus tard. 

Disputes fréquentes

Les voisins diront que les disputes sont fréquentes au sein de cette famille. Hiteshwar Domun s’est séparé de son épouse il y a 6 ans et vivait avec ses deux fils, l’autre étant âgé de 25 ans. Un témoin affirme qu’une dispute avait éclaté la veille du drame entre la victime et Krishna.

Pour sa part, Anita Domun, l’ex-épouse d’Hiteshwar, peine à contenir ses larmes face à ce drame qui secoue sa famille. Si elle pleure, c’est à cause de son fils. «Mo pa pé sagrin pou misié-la, linn bien fer dominer ar nou. Li kontan provok bann zanfan-la. Momem monn bien gagn baté, monn tini ziska mo nepli kapav monn alé. Souvan mo bann garson telefonn mwa, dir mwa mama, papa pe lager ar nou…» 

Accablée par le chagrin, Anita confie qu’elle a, à plusieurs reprises, demandé à ses fils de venir vivre avec elle, à Laventure. Mais ces derniers étaient réticents, car ils sont tous deux maçons et auraient eu du mal à se rendre au travail. 

Et puis, poursuit cette maman, le jour du drame, Anita explique que Krishna l’a appelée. «Linn dir mwa mama, monn bat papa. Mo pann koné papa-la inn mor, apré ki monn koné. Depi sa Krishna so portab inn res tegn, mo pann gagn li apré…» Cuisiné par les enquêteurs de la CID de Flacq, Krishna Domun nie toutefois les faits qui lui sont reprochés. Son interrogatoire s’est poursuivi ce matin avec une descente sur les lieux pour retrouver l’arme du crime. 

En attendant, l’autopsie pratiquée par le médecin légiste de la police, le Dr Maxwell Monvoisin, et le Dr Shaila Prasad-Jankee, a attribué le décès d’Hiteshwar Domun à un «hemorraegic shock due to blunt injuries». 

D’autre part, à en croire les enquêteurs, la thèse selon laquelle la victime a pu être agressée par plus d’une personne n’est pas à écarter.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés