Les Salines de Yémen: un patrimoine familial qui en pince

Avec le soutien de
Les sauniers récupèrent le sel très tôt le matin.

Les sauniers récupèrent le sel très tôt le matin.

Les Salines de Yémen, qui s’étalent sur une superficie de 30 hectares, datent de 1940. Elles sont le seul marais salant encore en activité à Tamarin. Le gérant, Jan Maingard, fait valoir que la culture de sel a toujours été une affaire de famille.

Aujourd’hui, il est prêt à tout pour donner un second souffle au patrimoine familial que sont devenues les Salines de Yémen. Résultat : elles produisent toujours le sel pour la vente.

Kristine Labonne, notre guide, explique qu’aux Salines de Yémen la culture de sel se fait de façon traditionnelle, naturelle et artisanale. Le sel présent dans l’eau de mer cristallise sous le soleil.

Environ 13 personnes, en majorité des femmes de la région, travaillent comme saunier (Ndlr : ramasseuse de sel). Elles sont rémunérées selon le nombre de paniers de sel récolté.

Aux Salines de Yémen, l’eau salée est aspirée jusqu’aux marais salants grâce à une pompe à 80 mètres de la mer. Initialement, l’eau est conservée dans un grand reservoir avant de regagner les chauffoirs, des bassins en pierre.

Kristine Labonne explique que l’eau est filtrée avant d’atterrir dans les bassins.

Densité de l’eau

C’est là que la saliculture débute pour de vrai. Notre guide confie qu’il faut avant tout vérifier la densité de l’eau, au degré baumé à l’aide d’un appareil d’antan en bambous. Au fur et à mesure, la densité s’intensifie soit à 250 grammes de sel par litre.

Il y a deux sortes de bassins : ceux en argile et les cristallisoirs. L’eau passe dans les bassins en argile avant de gagner les bassins cristallisoirs. La production de sel est vendue sur le marché localement pour la consommation, l’agriculture etl’entretien des piscines. Le sel est aussi utilisé pour toute une panoplie de massages.

Les grains de sel pour la consommation sont traités différemment. Kristine Labonne attire l’attention sur le fait que des tapis sont posés sur les bassins. Ils permettent de récolter le sel cristallisé autrement que sur la roche. Notre interlocutrice ajoute que la récolte de sel se fait tous les sept ou huit jours, dépendant des conditions météorologiques.

Pour ceux qui veulent y faire une visite, les Salines de Yémen sont ouvertes au public de 8h30 à 16 heures, du lundi au vendredi. Et de 8h30 à 11h30 les samedis.

La fleur de sel

Il n’y a pas que le gros sel aux salines de Yémen, mais il y a aussi celui qu’on appelle la fleur de sel. Elle est une mince couche de cristaux blancs qui se forme et affleure la surface des salines, explique Kristine Labonne. À Maurice, la fleur de sel est recueillie pendant les mois d’octobre, novembre et décembre. Ce produit est connu pour son goût délicat. D’ailleurs, il contient 95 % de chlorure de sodium de moins que le gros sel. Elle pénètre bien les aliments.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires