Environnement: comment se débarrasser des ordures encombrantes

Avec le soutien de
Baie-du-Tombeau a plusieurs «dépotoirs sauvages».

Baie-du-Tombeau a plusieurs «dépotoirs sauvages».

Albion, Ébène, Jin Fei, Port-Louis… des dépotoirs à ciel ouvert sont devenus une «réalité dérangeante». Celui de Khoyratty, qui abritait des nombreux déchets électroniques, a pris feu vendredi dernier. Une visite dans ces différents dépotoirs a permis de constater que la majorité des déchets débarrassés sur des terrains en friche sont des e-waste (des appareils électroniques et électriques) et des déchets encombrants, tels les matelas, sommiers etc. Si la population est souvent blâmée pour son manque de discipline, toutefois, il existe un véritable problème pour se débarrasser des déchets.

«Les camions ne veulent pas prendre ces déchets. Que voulez-vous que je fasse avec mon réfrigérateur cassé ?» se demande une habitante de Quatre-Bornes, qui pense à abandonner son vieux réfrigérateur sur un terrain en friche. Les bennes à ordures ménagères qui passent toutes les semaines ne ramassent pas les déchets électroniques. Selon les dires des Mauriciens, c’est ce qui les pousserait à abandonner leurs appareils d’électroménager cassés sur les terrains vagues.

«C’est comme cela qu’un simple endroit se transforme en dépotoir car les gens ne savent pas comment se défaire de ce genre de déchets. Ça à commencer par un téléviseur ici», déplore un habitant d’Albion.

Cependant, les conseils de districts affirment organiser les ramassages des déchets électroniques deux fois par an, en faisant du porte-à-porte. D’ailleurs, des avis dans les journaux le prouvent. Si le président du conseil de district de Pamplemousses, Sunael Purgas, et un officier de celui de Rivière-du-Rempart attestent qu’ils laissent ces déchets dans un dépôt à Cottage, pour le recyclage et le triage, au niveau des municipalités ce n’est pas la même histoire qu’on raconte.

Comme pour les villages, des camions passent pour collecter les déchets électroniques et encombrants mais par la suite ils sont déposés «dans un coin» par la Solid Waste Management. C’est ce qu’affirme le sergent Raj Doolooa de la police de l’environnement. «Ziska ler péna plas pou zet sa», poursuit-il. C’est d’ailleurs à cause d’un manque de place que les participants de la Mega Cleaning Campaign se sont débarrassés des déchets électroniques sur un terrain à Khoyratty.

Si l’origine de cet incendie n’a pas encore été déterminée, la police de l’environnement a référé le cas au poste de police de Terre-Rouge, pour qu’une enquête soit lancée. Cela, dans le but de déterminer si ceux qui ont jeté ces déchets étaient dans la légalité ou pas.

Nous avons sollicité le ministère de l’Environnement et à l’heure où nous mettions sous presse, une réponse était toujours attendue.

Que dit la loi…

Se défaire de ses déchets sur un terrain abandonné ou pas est considéré comme «illegal dumping». Si l’on se fait attraper, l’on risque une amende ne dépassant pas Rs 25 000. Le véhicule dans lequel les objets ont été transportés peut aussi être saisi.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires