Entrepreneuriat: Piments des Iles Ltd vise le marché français

Avec le soutien de
C’est avec de la persévérance, de la patience et des sacrifices que Denis Honoré gère Piments des Iles Ltd.

C’est avec de la persévérance, de la patience et des sacrifices que Denis Honoré gère Piments des Iles Ltd.

Denis Honoré, un habitant de Camp-Diable, a été diamantaire pendant 12 ans. Confronté à des difficultés financières, en 2012 il décide d’exploiter une plantation de piments sur un terrain de sept perches à côté de sa maison pour mieux subvenir aux besoins de sa famille. Il s’occupait de 150 à 200 plants de piments durant les week-ends.

C’est à partir d’un sachet de piment de Rs 10 qu’est née la production de pâte de piment. Il mentionne que Piments des Iles Ltd commercialise sa production de piments verts et rouges, en confectionnant diverses saveurs comme achard de piments et tamarin, pâte de piments avec des fruits, entre autres.

«L’idée est venue d’un cousin et c’est une tante qui m’a appris à préparer les pâtes de piments. Mes premiers clients ont été des proches et mes collègues de l’usine. Éventuellement, un ami m’a conseillé quelqu’un pour les étiquettes car le produit fait maison devenait public», relate-t-il.

À partir de cette étape les produits ont pris plus d’ampleur. Il dit avoir été dans des supermarchés pour voir comment étaient présentés des produits concurrents. Il a par la suite entamé les démarches pour obtenir les permis requis et pour les placer dans les supermarchés. Il lui a fallu six à sept mois avant de réussir à placer ses produits dans les grandes surfaces.

Son premier gros client a été Food Lover’s, suivi de Shoprite et de Super U Grand-Baie. «Ce dernier a été impressionné car en dix jours 100 pots de piments avaient été vendus. N’ayant pas de capital au début, je travaillais avec les fournisseurs à crédit.»

L’entreprise a pris une plus grande ampleur l’année dernière. Aujourd’hui la production est de 8 000 à 10 000 pots de piments rouges et verts et le chiffre d’affaires tourne autour de Rs 700 000 par an. Denis Honoré distribue luimême ses produits dans les grandes surfaces à travers le pays. Il fait son marketing à travers des dégustations, sur les réseaux sociaux et il utilise également un site web. Il a récemment participé à une foire en France.

Piments des Îles compte actuellement trois employés et sauf pour la transformation du produit, tout est fait manuellement. C’est un concept fait maison, sans produits chimiques ni préservatifs. Ce qui nécessite le maintien au frais, soutient-il. Par ailleurs, il avoue la difficulté de trouver des employés. «Beaucoup pensent que le travail est simple mais après un stage d’une semaine, la personne s’en va.»

Un monde de travail différent

Le lancement officiel de Piments des Iles Ltd a eu lieu en 2015. Denis Honoré quitte son emploi à l’usine de diamants et se lance à fond dans son business. A la longue, il ne pouvait plus gérer à la fois business et plantation, dit-il. Depuis, il travaille avec un fournisseur de piments.

En hiver, la récolte est réduite, ce qui a un impact direct sur la production et la vente car il a besoin de plus de 1 000 kg par mois. «C’est la raison pour laquelle nous cherchons actuellement un moyen de conserver le piment afin d’en avoir en stock.»

D’autre part, ayant trouvé des clients en France, Denis Honoré cherche à traiter directement avec eux. Il avait un agent pour la distribution de ses produits à Strasbourg mais en raison de quelques problèmes, il souhaite être autonome en ce qui concerne l’exportation. «Je dois me fixer au moins un objectif chaque année. Pour l’année 2020, c’est l’export et la conservation», déclare-t-il.

Il attribue son succès aux petits détails comme une étiquette droite et l’hygiène. Ayant travaillé avec des diamants, l’entrepreneur se qualifie d’homme minutieux. «C’est le client qui nous permet d’avoir un salaire. Pour que le travail soit bien fait, il y a des étapes à respecter.»

À ses débuts, le rez-de-chaussée de sa maison constituait son atelier de travail et aujourd’hui, il y fait construire un deuxième étage pour aménager un atelier plus professionnel.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires