Royal Palm Marrakech: la 2e phase du projet commercialisée

Avec le soutien de
Marrakech du Maroc est une des trois destinations où le pôle immobilier du groupe NMH a laissé son empreinte de développement.

Marrakech du Maroc est une des trois destinations où le pôle immobilier du groupe NMH a laissé son empreinte de développement.

Après la vente de 95 villas, Semaris Ltd, nouvelle entité chargée du pôle immobilier du groupe NMH, s’attaque à celle de 53 résidences et de 35 villas situées autour d’un parcours de golf de 18 trous et de l’hôtel Fairmont Royal Palm, déjà en opération. 

Ce sera le second projet de commercialisation de taille à l’agenda de Semaris Ltd au Maroc depuis février 2018, date d’incorporation de cette société. Son principal objectif est d’assurer la gestion complète du pôle immobilier du groupe NMH (New Mauritius Hotels) à Maurice, aux Seychelles et à Marrakech, Maroc. Ce changement est intervenu après que la direction du groupe a jugé que le temps était venu pour se restructurer en séparant ses activités hôtelières de ses activités immobilières.

Le premier projet concerne la vente de 95 villas. Une opération bouclée. Quant à la seconde transaction, elle concerne la commercialisation de la phase 2 du projet Royal Palm Marrakech. Projet qui comprend 53 résidences portant le label ‘Fairmont’. Ces résidences seront érigées sur 18 terrains. Le projet inclut aussi l’aménagement de 35 villas dont la construction sera réalisée autour d’un parcours de golf de 18 trous et autour de l’hôtel Fairmont Royal Palm qui sont en opération depuis quelques années.

L’attrait de ce projet immobilier est que les futurs propriétaires, en sus d’évoluer dans un lieu aménagé avec soin et délicatesse à une quinzaine de minutes du centre de Marrakech, vont bénéficier de plusieurs avantages associés à la marque ‘Fairmont’. Il s’agit, entre autres, du service de conciergerie, de tarifs préférentiels pour évoluer sur le parcours du golf et au niveau des services de l’hôtel, de même qu’un programme locatif.

Pour Stéphane Poupinel, Managing Director de Semaris Ltd, cette seconde phase du projet immobilier à Marrakech illustre l’objectif recherché de la société qu’il dirige depuis août dernier sur le marché marocain. «Les projets énoncés sont d’un positionnement haut de gamme où qualité et emplacement sont primordiaux pour parvenir à séduire la cible de clients recherchés pour les trois destinations que sont Maurice, le Maroc et les Seychelles.» Il avoue toutefois que la conquête de l’intérêt de ce type de clientèle n’est pas chose aisée. «Ce positionnement requiert des approches marketing différentes et adaptées selon les destinations. Les réseaux de commercialisation appropriés sont d’une importance capitale. La clientèle pour des biens immobiliers d’exception est une clientèle difficile qui demande une attention particulière au détail.»

La tâche constitue un véritable défi pour Semaris Ltd. La raison est que lorsque l’immobilier n’était pas géré dans le cadre d’une structure séparée, le parcours de NMH au Maroc n’a pas été de tout repos. Les rapports pour les exercices financiers de 2016 à 2019 en témoignent.

Dans le rapport financier de 2018, il est écrit que la perte de valeur immobilière de Rs 37,4 millions contre Rs 33,6 millions pour 2017 résulte de pertes encourues au chapitre coût direct au niveau de la vente de certaines villas du Domaine Palm Marakech. «Its net realisable value is expected to be lower than their costs.» Comprenez qu’il s’agit d’une opération où le prix susceptible d’être obtenu pour des actifs immobiliers au gré du marché courant risque potentiellement d’être inférieur au coût de réalisation.

Stéphane Poupinel ne se fait aucune illusion sur ce plan. «La gestion de la trésorerie reste aussi un critère de succès au niveau développement immobilier», avoue-t-il. Mais il reste confiant dans l’orientation adoptée par le groupe NMH. «Le fait d’avoir désormais une entité spécialisée dans le développement immobilier permettra une gestion de trésorerie encore mieux adaptée.» Il refuse toutefois de se laisser emporter par un excès de confiance. Pour cause. «Avec la menace d’une nouvelle crise économique mondiale, nous sommes restés prudents au niveau des prévisions financières de Semaris Ltd.».

La direction du groupe NMH place beaucoup d’espoir dans la création du pôle chargé exclusivement de gérer l’immobilier du groupe. Un facteur clairement souligné dans les commentaires qui accompagnent le rapport financier non-audité pour les neuf mois se terminant au 30 juin et qui est disponible sur le site de la Stock Exchange of Mauritius.

«La séparation des activités liées à l’immobilier de Semaris des activités principales historiques du groupe devrait permettre à la direction de se concentrer davantage sur chacun de ses deux pôles d’activités. Ce qui devrait favoriser une meilleure visibilité des possibilités du groupe à améliorer sa performance.»

En attendant, un important rendez-vous attend respectivement les actionnaires de NMH et la direction de Semaris Ltd. Le 10 septembre, les actionnaires ordinaires du groupe NMH sont convoqués à une réunion spéciale. À l’ordre du jour, la réduction du capital social du groupe. Dont le montant est appelé à passer de Rs 6,4 milliards à Rs 2,8 milliards. Cette réduction du capital social du groupe NMH va se concrétiser avec la distribution de titres de Semaris.

C’est ainsi que chaque action NMH donnera à son détenteur droit à un titre de Semaris. Cette filiale du groupe détient quelque 549 millions d’actions prêtes à être négociées. Elles valent Rs 3,6 milliards et seront offertes à Rs 6,55 l’unité.

En ce qui concerne le rendez-vous à l’agenda de la direction de Semaris, c’est en rapport avec son projet d’introduire les titres de cette société sur le Development & Enterprise Market (DEM), le marché secondaire de la Bourse. Ce sera chose faite le 11 octobre prochain.

Dans un premier temps, l’exercice concernera seulement un millier de titres de Semaris qui seront offerts au prix indicatif de Rs 4,25 l’unité. Au final, 548 982 130 actions investiront la place boursière. La démarche vise deux objectifs. Le premier a pour finalité de faire de Semaris une entité en mesure d’évoluer sans béquille qui soit financièrement solide. Le second objectif est on ne peut plus évident : avec ce positionnement sur le second marché de la Bourse, il lui sera possible de concevoir des projets de levée de fonds en faisant appel aux investisseurs locaux et étrangers qui tenteront leur chance sur la plateforme boursière au profit d’une entité qui nourrit l’ambition de devenir une des plus grosses pointures du secteur de l’immobilier de Maurice avec ses antennes d’investissement ici-même, au Maroc et aux Seychelles.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires