Portrait: la chevauchée chaotique de Désiré

Avec le soutien de
Désiré Mootien effectue au quotidien le trajet de Cité la Cure Baie-du-Tombeau sur sa moto adaptée.

Désiré Mootien effectue au quotidien le trajet de Cité la Cure Baie-du-Tombeau sur sa moto adaptée.

La vie souriait à cet ancien motard de la police. Mais un accident a tout chamboulé. Aujourd’hui encore les séquelles y sont toujours présentes. Confidences.

On l’aperçoit souvent, sur son engin électrique, à travers les haies, à La Sentinelle. Il nous intriguait… En fait, Désiré Mootien effectue au quotidien le trajet de Cité la Cure Baie-du-Tombeau sur sa moto adaptée. Il ne peut plus marcher normalement depuis des années dû à un grave accident de la route, alors sa maman qui a décidé de lui en acheter une. «Mo bwaté ek mo gagn douler atros

Pourtant, dans sa jeunesse, il était destiné à un avenir prometteur. Il a intégré la force policière, comme il le voulait. «J’étais une personne enjouée. J’ai toujours rêvé de porter cet uniforme et faire honneur aussi bien à mon pays qu’à ma famille.» Aujourd’hui encore, rien qu’en portant un pantalon bleu, Désiré Mootien se rappelle du bon vieux temps. «Mo lavi ti pou enn lot la», soutient-il.

Or, à 21 ans, cet habitant de Cité la Cure a fait un grave accident de la route, alors qu’il était en fonction. «Mo finn al bat ek enn pié.» Résultat, il est en partie handicapé des pieds. «J’ai beaucoup galéré depuis. Cela malgré avoir été indemnisé par la force policière et ma pension mensuelle de Rs 9 000.»

Aujourd’hui, étant un mari et père d’une fille de 13 ans, il dépend de cette pension pour faire bouillir la marmite. Il s’est résigné à sa nouvelle vie. «Kan get sa bann lapolis-la gagn enn ti pinsma dan leker, ki pou fer! Lavi-la ki koumsa

D’ailleurs, conduire un scooter électrique n’est pas sans risque. «Mo touzour ena sa tromatism-la dan mwa.» Ainsi, il doit est particulièrement vigilant. Surtout quand il emprunte des routes principales. «Bizin get partou koté. Enn kout tapé, mor sek sa.»

Surtout que pour la moto électrique, le port de casque n’est pas requis. Pas de gilet fluo non plus. «Mo fer bien atansion mwa. Mo get bien partou avan. Mo pa roul vit.» Le soir, il évite aussi de l’utiliser, sauf cas majeur. «Parski riské pa trouvé ousi sa.»

Cependant, Désiré Mootien le sait bien. «Maler péna loder sa, si ena pou tapé komié prékosion nou pran, li pa pou servi nanyé…»

Prudence reste tout de même mère de sûreté.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires