Philippe Sands: «Maurice a le droit d’organiser des visites aux Chagos»

Avec le soutien de
Me Philippe Sands est d’avis que l’Angleterre et les États-Unis sont sur le point de reconnaître la souveraineté de Maurice sur les Chagos.

Me Philippe Sands est d’avis que l’Angleterre et les États-Unis sont sur le point de reconnaître la souveraineté de Maurice sur les Chagos.

Le «Lead Counsel» de Maurice sur le dossier Chagos se trouve dans l’île. Il affiche son optimisme.

Il est de passage à Maurice pour des consultations. Me Philippe Sands, Queen’s Counsel et Lead Counsel de Maurice sur le dossier Chagos, a donc été invité par le bureau du Premier ministre à assister, hier, vendredi 23 août, au lancement de deux timbres symboliques des victoires juridiques remportées par Maurice dans la bataille pour les Chagos. Interrogé sur l’ambition de Maurice d’organiser une visite sur l’archipel des Chagos, l’homme de loi répond, pour la première fois à ce sujet, que le pays a tous les droits d’y organiser des visites, le territoire faisant partie de la République de Maurice.

«Je sais que le gouvernement a démarré des discussions à ce sujet. Les Chagos appartiennent à Maurice. C’est la loi. Donc, Maurice a le droit d’y organiser des visites. Je suis ravi d’être le conseil juridique de Maurice sur ce dossier. Il y a encore énormément de travail à faire et Maurice a la loi de son côté. Personne ne conteste cela. Il y a deux pays qui sont sur le point de reconnaître la souveraineté de Maurice sur les Chagos, il s’agit de l’Angleterre et des États-Unis. Ce n’est qu’une question de temps», soutient le Lead Counsel.

Le Premier ministre Pravind Jugnauth a, lui, évité les questions de la presse après le lancement des timbres. Olivier Bancoult, leader du Groupe Réfugiés Chagos, était également présent à l’événement. Interrogé par les journalistes, il a affirmé qu’il venait tout juste de toucher un mot au Premier ministre au sujet du prochain voyage que veut organiser le gouvernement dans l’archipel.

«Nous nous préparons déjà pour ce voyage et pour le relogement. Nous ne prendrons pas la permission de qui que ce soit pour y aller. J’aurai bientôt une rencontre avec le Premier ministre au début de septembre», réplique Olivier Bancoult. Qu’en est-il de la logistique à la disposition de Maurice ? «Pourquoi ne pouvons-nous pas nous rendre là-bas ? Les Anglais permettent que les yachts se rendent à Peros Banhos ou à Salomon. Bizin kapav!» insiste Olivier Bancoult en ajoutant que le déplacement se fera définitivement par bateau, avec à bord une majorité de Chagossiens.

Nous avons également sondé d’autres sources présentes à cette cérémonie. Une d’entre elles nous confirme qu’en ce moment, la priorité des Britanniques n’est pas vraiment le dossier Chagos mais l’actualité politique. «Il n’y a pas vraiment de lobby en ce moment. Tout est une question de timing…», soutient notre source.

Publicité
Publicité

Un pas de plus a été franchi le 22 mai au Nations unies, avec l’adoption de la résolution visant à mettre en œuvre l’avis consultatif de la Cour internationale de justice (CIJ) en faveur de l’Etat mauricien. Le combat de Maurice pour l’archipel des Chagos devient celui de la communauté internationale. Nous vous proposons tout un dossier sur les divers articles qui ont été publiés sur le sujet. La parole aux Chagossiens, les revendications auprès de diverses instances, ou encore les interventions devant la CIJ et l’Organisation des Nations unies…

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires