Chute à moto: il décède après être rentré de l’hôpital

Avec le soutien de
Le receveur d’autobus s’est évanoui chez lui et a été transporté d’urgence à l’hôpital où son décès a été constaté.

Le receveur d’autobus s’est évanoui chez lui et a été transporté d’urgence à l’hôpital où son décès a été constaté.

Mahmad Hirhad Noorally, 39 ans, ne reverra plus les siens. Cet habitant de Plaine-Verte est décédé après une chute à moto dans la région. Il aurait perdu le contrôle de son deux-roues qui aurait dérapé sur des gravillons (chippings) dans l’après-midi du jeudi 15 août. Mahmad Hirad Noorally, qui exerce comme receveur d’autobus, a averti son épouse après être tombé. «Il m’a appelée après s’être rendu à l’hôpital Jeetoo. Il m’a dit que les médecins l’ont ausculté et qu’il rentre à la maison. Pourquoi est-ce qu’on l’a fait rentrer à la maison alors que sur sa carte il est écrit qu’on lui avait décelé plusieurs fractures ? Est-ce qu’on lui a prodigué les soins appropriés ?» s’interroge-t-elle.

L’épouse de Mahmad Hirhad Noorally se trouvait sur son lieu de travail au moment des faits. En rentrant chez elle, elle a vu que son époux se tordait de douleur et avait des problèmes à respirer. «Je ne pensais pas que c’était aussi grave, surtout que l’hôpital ne l’a pas gardé. Je pensais que ce n’était qu’une simple petite chute et que ses blessures étaient mineures. Je ne me doutais pas de la gravité, sinon je l’aurais emmené à nouveau à l’hôpital», poursuit-elle.

Dans la soirée, Mahmad Hirad Noorally devait perdre connaissance. Il a été transporté à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo dans un véhicule du SAMU appelé sur les lieux. Mais quand il est arrivé dans l’établissement, les médecins de service devaient malheureusement constater son décès. La police de Plaine-Verte a été alertée.

L’autopsie pratiquée par le médecin légiste de la police, le Dr Prem Chamane, vendredi matin, a attribué le décès de Mahmad Hirhad Noorally à une rupture de la rate. Nous avons sollicité le ministère de la Santé pour une explication mais l’employé de la cellule de communication du ministère de tutelle n’était pas en possession des données nécessaires pour se prononcer à ce stade. Une réponse est attendue une fois qu’il prendra connaissance du cas.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires