Musée de Port-Louis: il était une fois le «dodo 4. 0»

Avec le soutien de
 Le musée d’histoire naturelle à Port-Louis a rouvert ses portes après plus de deux ans et demi de travaux de rénovation.

 Le musée d’histoire naturelle à Port-Louis a rouvert ses portes après plus de deux ans et demi de travaux de rénovation.  

La technologie qui fait son entrée au musée d’histoire naturelle à Port-Louis. Ce n’est plus une réalité (aussi) virtuelle. Mais un projet à très long cours. Pratiquement un rêve éveillé que Kaviraj Sukon, président du Mauritius Museums Council (MMC), a partagé tout haut. Il intervenait à la cérémonie de réouverture du musée situé à la rue La Poudrière. Le musée d’histoire naturelle à Port-Louis a rouvert ses portes après plus de deux ans et demi de travaux de rénovation.  

Jugez vous-même du chemin qui reste à accomplir. En matière d’avancées, c’est donc en 2019, à la faveur des derniers travaux, que ce vénérable bâtiment, qui se trouve au cœur de la capitale, a été climatisé. Ce qui améliore les conditions de préservation des collections. Dans un futur proche, le président a annoncé la création d’un site web, pour diffuser des informations concernant les collections. 

De là, toutes les envolées sont possibles. Kaviraj Sukon a posé les étapes. Grâce à la réalité virtuelle, le musée de Port-Louis va recréer – dans le moyen terme, selon son président –  l’écosystème des années 1600. «Vous pourrez voir le dodo, le toucher, marcher avec lui. Mais ne le mangez pas», a ironisé Kaviraj Sukon.  

Ensuite, à long terme, le responsable envisage des collaborations avec des laboratoires spécialisés, «pour ramener à la vie des espèces disparues». Il s’est dit, «encore plus enthousiaste», après avoir lu, au mois de février de cette année, un article écrit par de scientifiques de l’université de Harvard. «Ils ont extrait l’ADN d’un oiseau qui a disparu comme le dodo, le ‘little bush moa’. Ils ont pu dresser le patrimoine génétique de cet oiseau des années 1300, c’est-à-dire qu’il a vécu 300 ans avant le dodo. Nous ne sommes pas loin de la probabilité de la ressusciter une espèce éteinte. Et qui sait, voir un jour le dodo 4.0».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires