Dr François Leung: «Le ministère de la Santé est invité à s’associer à notre travail de sensibilisation»

Avec le soutien de
Dr François Leung, président de l’association Groupe Enfants et Mères.

Dr François Leung, président de l’association Groupe Enfants et Mères.

Dr Leung, deux ans se sont écoulés depuis le lancement de l’association Groupe Enfants et Mères (GEM). Quel bilan faites-vous de cette campagne de sensibilisation ?
En deux ans de sensibilisation, après le lancement officiel de GEM, je peux dire que nous avons commencé à avoir un impact auprès du grand public. Je précise que cette campagne a été menée solitairement par GEM, et que nous avons pu sensibiliser un certain nombre de médecins spécialistes et généralistes et le personnel soignant du secteur libéral. Cela s’est fait à travers des conférences et la distribution de brochures et de livrets résumant les données scientifiques.

Nous avons aussi touché le public à travers des panneaux publicitaires sur les voies publiques, des séquences audiovisuelles sur les ondes et par la distribution gratuite, par certains médecins libéraux, de brochures en français et en créole sur les trois thématiques importantes que sont la nutrition de la femme enceinte, l’allaitement maternel et la diversification alimentaire chez le nourrisson, au-delà du 6e mois. L’impact est déjà bien appréciable à notre niveau, et cela nous encourage bien sûr à continuer dans cette voie de sensibilisation.

Comment êtes-vous parvenu à mesurer son impact sur les futurs parents et parents ?
Nous avons mandaté l’institut Kantar TNS pour qu’il mène une étude d’impact auprès de 200 futurs et jeunes parents entre les 16 octobre et 4 novembre 2018 et une autre étude d’impact auprès de 85 professionnels de santé a été conduite par l’institut de recherche DCDM, du 29 septembre 2018 au 25 février 2019. Les résultats ont été très encourageants. Car en deux ans seulement d’actions de GEM, la notoriété du concept des 1 000 premiers jours auprès des futurs et jeunes parents est passée de 3 % à 12 %.

Que devient GEM aujourd’hui ?
L’association GEM est toujours bel et bien présente. Nous continuons tranquillement à sensibiliser le public avec le peu de moyens dont nous disposons. Notamment à travers notre site Web qui existe depuis le lancement de GEM, des comptes Facebook et Instagram créés récemment pour être plus visibles, des conférences auprès de certaines firmes privées, des pharmaciens, des organisations non gouvernementales (ONG) et bien évidemment avec des conseils donnés individuellement aux gens qui nous rendent visite au cabinet.

Par expérience, on sait que les campagnes de sensibilisation doivent être répétées et multipliées pour qu’elles atteignent leur cible. Allez-vous continuer à en faire ?
Bien sûr que nous n’allons pas arrêter notre campagne, alors que le public commence à connaître et à apprécier notre programme. D’ailleurs, il y a trois semaines, nous avons lancé une nouvelle campagne à travers les panneaux publicitaires sur les routes. Et nous allons continuer à tout mettre en oeuvre pour développer d’autres moyens pour atteindre notre objectif.

Quels sont les projets de GEM ?
S’agissant d’une question de santé publique, il est impératif d’avoir une solidarité multidisciplinaire, notamment entre les scientifiques, les professionnels de santé, les nutritionnistes, les fabricants d’aliments pour enfants et nourrissons, les groupes de soutien à l’allaitement maternel, les ONG et GEM et inéluctablement les pouvoirs publics. C’est pourquoi, en priorité, nous lançons un appel au ministère de la Santé et de la Qualité de la vie pour qu’il s’associe à nous dans ce travail de sensibilisation, et de nous permettre de distribuer les différentes brochures gratuitement dans l’ensemble des centres de santé et hôpitaux relevant du ministère. Cela nous permettra de toucher l’ensemble de la population et plus particulièrement les personnes les plus vulnérables.

De plus, nous sommes disposés à former tous les professionnels de santé, qui sont au contact avec cette population cible, quant à l’enjeu de cette intervention précoce par notre Programme de 1 000 jours. De plus, cette année, nous ouvrons nos portes aux entreprises privées dans le cadre d’un partenariat social. Maurice a fêté son 50e anniversaire l’année dernière, et le slogan de cet anniversaire était Lame dan lame. Ce serait l’occasion idéale de travailler ensemble lame dan lame pour un développement durable de Maurice, soit une bonne santé pour les futures générations.

Par ailleurs, je précise que toutes les brochures sont gratuites, grâce au soutien de mécènes, qui croient en notre travail et que nous remercions infiniment.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires