Blanchiment d’argent soupçonné: l’affaire Johurdassing-Augustin perturbe le milieu hippique

Avec le soutien de
Christophe Jonathan Augustin serait le propriétaire de Sea King et le copropriétaire de Black Indy, dans l'écurie Jean Michel Henry. Et il est actionnaire à 40 % du cheval Exit Here et l’unique propriétaire de Xanthus, chez l’écurie Ramdin (de g à dr).

Christophe Jonathan Augustin serait le propriétaire de Sea King et le copropriétaire de Black Indy, dans l'écurie Jean Michel Henry. Et il est actionnaire à 40 % du cheval Exit Here et l’unique propriétaire de Xanthus, chez l’écurie Ramdin (de g à dr).

Interpellé par l’Independent Commission against Corruption (ICAC) en fin de semaine, le tandem Yuvrajsingh Johurdassing/Christophe Jonathan Augustin est soupçonné de blanchiment d’argent. Cette affaire a fait grand bruit dans le milieu hippique, vendredi 9 août, après que des officiers de l’ICAC ont fait une descente chez l’écurie Jean Michel Henry, pour y recueillir des informations. 

Selon nos recoupements, Christophe Jonathan Augustin serait le propriétaire de Sea King et le copropriétaire de Black Indy, dans cette écurie. Par ailleurs, il est actionnaire à 40 % du cheval Exit Here et l’unique propriétaire de Xanthus, chez l’écurie Ramdin, alors que le coursier Varonella est détenu à 40 % par l’épouse de Yuvrajsingh Johurdassing. 

Cette affaire fait suite aux informations reçues par la Field Intelligence Unit de l’ICAC. Les enquêteurs soupçonnent Yuvrasingh Johurdassing de blanchir de l’argent à travers un centre d’appels dont il est le propriétaire et son partenaire d’affaires serait Christophe Jonathan Augustin. Un ordre de saisie a été émis par la Cour suprême vendredi dernier sur leurs avoirs et leurs chevaux. 

Vérification de la facturation

Aujourd’hui, Jean Michel Henry devait se rendre à l’ICAC pour remettre son laptop à des fins de vérification de la facturation de Christophe Jonathan Augustin. Mais en raison de la célébration religieuse de ce lundi, son rendez-vous a été reporté à une date ultérieure. 

Sollicité pour une réaction, hier, l’entraîneur qualifie cette descente de purement administrative car elle concerne les chevaux de Christophe Jonathan Augustin. «Les officiers de l’ICAC sont venus me demander des détails sur la facturation par rapport aux chevaux de M. Augustin. Je suis l’entraîneur de ses chevaux. C’est lui qui importe ses chevaux d’Afrique du Sud. Je leur ai montré sur mon laptop comment il fait son transfert tous les mois comme c’est le cas pour tous les autres propriétaires. Toutefois, comme la base des données est sur un logiciel et donc paperless, les officiers m’ont demandé de me rendre au Réduit Triangle pour que ces informations soient vérifiées par leur département IT.» 

Nous avons recherché sans succès la version de Christophe Jonathan Augustin à travers son compte Facebook. Par ailleurs, l’avocat de Yuvrajsingh Johurdassingh, Me Chetan Baboolall, nous a déclaré : «Mon client a rendez-vous ce mardi 13 août à l’ICAC pour expliquer que ses biens et ses revenus sont en règle.» 

Toujours à la recherche d’un yacht

Shan Ip Ting Wah, responsable de communication de la Mauritius Turf Club, soutient, pour sa part, que les enquêteurs de l’ICAC sont venus pour rechercher des compléments d’information. Sollicité au téléphone, Alain Perdrau est resté injoignable. Par contre, Raj Ramdin nous a déclaré qu’il ne souhaite pas réagir, étant donné qu’une enquête de l’ICAC est en cours. 

L’ICAC est toujours à la recherche d’autres biens du tandem Johardassing Augustin à saisir, dont un yacht à deux moteurs 350 Hp qu’il aurait acheté d’un Français cette année. D’une valeur de Rs 5,6 millions, le bateau n’aurait pas été trouvé à la villa IRS, dans l’Ouest, où il mouillait.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires