Annabelle Comes Home: un troisième opus plutôt efficace

Avec le soutien de

Résumé, déterminés à mettre Annabelle hors d’état de nuire, les démonologues Ed et Lorraine Warren enferment la poupée démoniaque dans leur «pièce des souvenirs», en prenant soin de la placer derrière une vitre sacrée et de solliciter la bénédiction d’un prêtre. Mais Annabelle réveille les esprits maléfiques qui l’entourent et qui s’intéressent désormais à de nouvelles victimes potentielles : Judy, la fille des Warren âgée de 10 ans, et ses amis. Une nouvelle nuit d’horreur se prépare…

La note : 7/10

Jamais deux sans trois. James Wan continue de faire travailler son univers étendu autour de Conjuring en produisant à tour de bras des spin-off à succès. Annabelle, La Nonne, La Malédiction de la Dame Blanche, on n’arrête plus le Conjuring-Verse ! Tête de gondole du projet, la poupée Annabelle en est déjà à son troisième opus et après deux premiers films pas franchement réussis, il était difficile d’attendre quelque chose de cette énorme suite réalisée par un certain… Gary Dauberman (scénariste des deux premiers mais aussi des reboot de Ça). Un nom pareil, ça ne s’invente pas et restait à espérer qu’il ne soit pas prémonitoire du résultat de son film.

Avec d’autres réalisateurs, la saga Annabelle s’est érigée en exemple d’un des maux d’un nouveau cinéma d’épouvante paresseux qui ne s’embarrasse plus de la moindre volonté de soupçon d’imagination et qui se contente d’aligner une recette préétablie en déclinant ses codes à outrance. À croire que l’on en est revenu aux pires heures du genre dans les années 80. Désormais, l’idée c’est une vague histoire prétexte, de l’horreur entertainment lissée, du graphique gothique pas trop effrayant pour rester dans les clous de l’«Interdit aux -12 ans» et une épouvante qui ne repose que sur des apparitions prétextes à des jump-scare grossiers. L’ennui, c’est que l’on connaît tellement la recette par coeur à force de la voir identiquement réemployée d’un film à l’autre qu’il devient désormais quasi impossible d’y croire, donc on s’ennuie.

Sauf que, bonne surprise, ce troisième volet dont on n’attendait logiquement rien est finalement plus surprenant que redouté. Non pas que Gary Dauberman révolutionne le genre ou y apporte une trace indélébile mais son Annabelle – La Poupée du Mal s’avère être tout simplement le meilleur de la saga ! Un avis qui ne sera probablement pas partagé par les défenseurs du second volet qui avait su en séduire plus d’un, mais cette nouvelle suite a pas mal d’arguments pour elle en dehors d’une originalité mise à distance.

Déjà, Dauberman nous épargne le sempiternel enchaînement mathématique de jump-scare chroniques. Le cinéaste s’en amuse un peu, avec parcimonie, mais s’éclate surtout à les préparer pour mieux les désamorcer et ainsi développer une peur plus ambiante que reposant sur des artifices au sensationnalisme facile. Bien entendu, le spectaculaire sera quand même au rendez-vous, notamment dans un dernier acte plus intense et frénétique où tout s’accélère, mais globalement, c’est une épouvante progressivement envahissante qu’orchestre Dauberman, associée à une écriture plus intéressante qu’à l’accoutumée. Car côté scénario (le cinéaste cumulant les postes), Gary Dauberman installe une histoire – quasi en huis clos – et des personnages intéressants et attachants, chose dont on n’a plus l’habitude dans ce genre de production d’ordinaire plus préoccupée par le frisson frénétique que par l’élaboration d’une intrigue captivante. Des personnages véhicules de thématiques sur la différence, le rejet ou le deuil.

«Horrifiquement» plus inventif que ses prédécesseurs, Annabelle – La Maison du Mal est bien plus emballant que les piteuses séries B qui l’ont précédé ces derniers temps. Ce troisième volet est donc un film bien ficelé, bien conduit, efficace et pas trop idiot, avec des idées un peu partout, de l’écriture à la mise en scène. Il lui manque juste de réussir le pari de terrifier pour s’imposer vraiment comme un must. À voir pour les amateurs du genre…

Source : Internet

Fiche technique

Titre original : Annabelle Comes Home
Genre : Épouvante
Durée : 1 h 46
De : Gary Dauberman
Avec : Mckenna Grace, Madison Iseman, Katie Sarife, Patrick Wilson, Vera Farmiga
Salles : MCine Flacq, Trianon, Star Caudan

En salles

Comme des Bêtes 2

L’histoire en une ligne : Avec l’aide de ses amis, le Fox-Terrier Max doit apprendre à dépasser ses névroses, afin de trouver l’Alpha qui sommeille en lui…
Titre original : The Secret Life of Pets 2
Genre : Comédie, animation pour enfants
Durée : 1 h 26
De : Chris Renaud et Jonathan Del Val
Avec les voix françaises de Philippe Lacheau, Tarek Boudali, Julien Arruti, Elodie Fontan, Willy Rovelli
Salles : Star La Croisette, Bagatelle

Crawl

L’histoire en une ligne : Quand un violent ouragan s’abat sur la Floride, une jeune femme et son père réalisent vite qu’une inondation est loin d’être la plus terrifiante des menaces qui les attend…
Genre : Thriller, horreur
Durée : 1 h 31
De : Alexandre Aja
Avec : Kaya Scodelario, Barry Pepper
Salles : Star Bagatelle, La Croisette

Spider - Man : Far From Home

L’histoire en une ligne : En vacances en Europe avec ses amis, dont Ned et MJ, Peter accepte à contrecoeur d’aider Nick Fury à lutter contre plusieurs attaques de créatures mystérieuses…
Genre : Super-héros, fantastique
Durée : 2 h 10
De : Jon Watts
Avec : Tom Holland, Samuel L. Jackson, Zendaya, Cobie Smulders, Jon Favreau, J. B. Smoove, Jacob Batalon, Martin Starr, Marisa Tomei, Jake Gyllenhaal
Salles : Star La Croisette, Bagatelle, Cine King’s

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires