25 % de touristes en plus sur Maurice avec l’A320 neo d’Air Seychelles

Avec le soutien de
L’Airbus «Veuve» a atterri jeudi 8 août à Plaisance.

L’Airbus «Veuve» a atterri jeudi 8 août à Plaisance.

La compagnie aérienne seychelloise modernise sa flotte d’avions. Hier, jeudi 8 août, l’A320 neo, portant le nom de «Veuve», soit un oiseau des Seychelles en voie de disparition, a foulé le tarmac de l’aéroport de Plaisance peu après 13 heures. 

Grâce à la configuration de cet avion, il peut transporter plus de passagers. En effet, l’appareil comprend 12 sièges en classe affaires et 156 sièges économiques. «Nous apportons plus de sièges sur Maurice, environ 25 % de plus», fait ressortir Remco Althuis, le Chief Executive Officer d’Air Seychelles. 

Selon les chiffres compilés par Statistics Mauritius, les arrivées touristiques venant des Seychelles accusent une baisse. En 2018, le nombre de touristes ayant visité Maurice est de 5 370 comparé à 6 258 en 2018. De janvier à juin 2019, ils sont 2 266 Seychellois à avoir visité l’île. 

Les Seychelles et Maurice, en tant qu’îles, dépendent de l’économie du tourisme. «Les deux opèrent des marchés très comparatifs, avec une concurrence globale venant de gros porteurs notamment British Airways, Emirates et Turkish Airlines. C’est difficile pour les petites compagnies aériennes de survivre», explique Remco Althuis.

 
 

Le deuxième A320neo est attendu l’année prochaine. A ce jour, Air Seychelles opère cinq vols sur Maurice. Si la compagnie aérienne envisage des vols quotidiens, elle ne pourra les réaliser dans l’immédiat. Raison évoquée ? Le traité bilatéral entre Maurice et Les Seychelles. «Il nous faudra un accord entre les deux gouvernements pour que les vols soient étendus.» 

Quant à Anil Gayan, ministre du Tourisme, il affirme qu’il faut améliorer le service inter îles dans l’océan Indien. D’où le projet d’Indian Ocean Air Travel Pass. Il explique que des techniciens des compagnies aériennes de la région travaillent sur les aspects techniques de ce projet, qui deviendra une réalité dans un avenir proche. 

«Un Comorien pourra venir à Maurice à un tarif qui est déterminé par des techniciens. Tout comme les Mauriciens pourront se rendre aux Seychelles avec une somme raisonnable.» Selon lui, il faut plus de connectivité car c’est inconcevable qu’un Comorien qui vient à Maurice doive passer par Nairobi alors que le vol direct est d’environ deux heures. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires