Des vols British Airways affectés par un problème informatique

Avec le soutien de
Un tableau d'affichage de l'aéroport de Londres Heathrow le 29 mai 2017, lors d'un précédent problème informatique ayant perturbé les vols de British Airways.

Un tableau d'affichage de l'aéroport de Londres Heathrow le 29 mai 2017, lors d'un précédent problème informatique ayant perturbé les vols de British Airways.

La compagnie aérienne British Airways accusait mercredi de nombreux retards et annulations de vols dans les aéroports londoniens en raison d’un problème informatique affectant son système d’enregistrement.

«Nous travaillons aussi vite que possible pour résoudre un problème qui a entraîné des annulations de vols court-courriers et des retards au départ des aéroports de Londres», a indiqué la compagnie dans un communiqué, sans préciser le nombre de vols impactés.

Selon un décompte de l’AFP, une centaine de vols ont été annulés aux aéroports d’Heathrow et de Gatwick, la presse britannique faisant état de plus de 200 retards pour un total de 18.000 personnes affectées.

British Airways, propriété du groupe hispano-britannique IAG, tweetait également tous azimuts pour répondre à de nombreux usagers frustrés de ne pas connaître leurs informations de vol.

«Ces vols coûtent une fortune, on pouvait s’attendre à mieux», a réagi sur Twitter John Whitehill, usager ayant vu son vol annulé.

«British Airways est confronté à un problème technique affectant l’enregistrement et les départs aux aéroports de Londres», a indiqué de son côté un porte-parole de l’aéroport d’Heathrow, sollicité par l’AFP.

«Nous comprenons que c’est incroyablement frustrant pour nos passagers et nous les encourageons à vérifier les dernières informations disponibles avec British Airways», a-t-il ajouté.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x